L'implication d'enfants de cet âge aux côtés d'anciens combattants s'inscrit dans le cadre de l'éducation à la Mémoire, conformément à leur programme d'enseignement. Christine Defraigne a ouvert cette commémoration en rappelant que "la grande leçon à tirer d'une guerre est toujours la même : plus jamais ça". "Il n'y a pas de bonne guerre et il est regrettable que cette vérité élémentaire soit toujours oubliée. Chaque année le 11 novembre, je suis heureuse de faire rencontrer ici au Sénat des personnes qui comme combattants, comme résistants, comme prisonniers, ont vécu dans leur chair la cruauté, l'inhumanité de la guerre, des personnes qui peuvent nous dire à quel point une guerre ne fait que détruire et ne construit jamais rien", a-t-elle déclaré. La présidente du Sénat a par la suite rappelé que deux jours après les cérémonies de l'armistice l'an dernier avaient lieu les attentats de Paris. "Certains continuent aujourd'hui encore à privilégier la violence aveugle au détriment du dialogue. L'intolérance n'est pas un spectre du passé. C'est une menace bien réelle. La liberté et l'égalité ne peuvent jamais être tenues pour acquises". Les écoliers ont pu échanger autour d'exposés sur les enfants durant la grande guerre. Thierry Coppieters 't Wallant a également témoigné de sa jeunesse durant la Seconde guerre mondiale. (Belga)

L'implication d'enfants de cet âge aux côtés d'anciens combattants s'inscrit dans le cadre de l'éducation à la Mémoire, conformément à leur programme d'enseignement. Christine Defraigne a ouvert cette commémoration en rappelant que "la grande leçon à tirer d'une guerre est toujours la même : plus jamais ça". "Il n'y a pas de bonne guerre et il est regrettable que cette vérité élémentaire soit toujours oubliée. Chaque année le 11 novembre, je suis heureuse de faire rencontrer ici au Sénat des personnes qui comme combattants, comme résistants, comme prisonniers, ont vécu dans leur chair la cruauté, l'inhumanité de la guerre, des personnes qui peuvent nous dire à quel point une guerre ne fait que détruire et ne construit jamais rien", a-t-elle déclaré. La présidente du Sénat a par la suite rappelé que deux jours après les cérémonies de l'armistice l'an dernier avaient lieu les attentats de Paris. "Certains continuent aujourd'hui encore à privilégier la violence aveugle au détriment du dialogue. L'intolérance n'est pas un spectre du passé. C'est une menace bien réelle. La liberté et l'égalité ne peuvent jamais être tenues pour acquises". Les écoliers ont pu échanger autour d'exposés sur les enfants durant la grande guerre. Thierry Coppieters 't Wallant a également témoigné de sa jeunesse durant la Seconde guerre mondiale. (Belga)