"Je déplore la mort de l'agent de police John Herrera", a écrit Enrique Penalosa sur Twitter. La mairie a évoqué "31 blessés, dont deux dans un état grave". L'explosion serait due, selon M. Penalosa, à un "explosif", mais il n'a pas précisé sous quelle forme la charge (bombe, pétard, grenade...) avait été confectionnée, puis activée. La déflagration a eu lieu à proximité des arènes La Santamaria, où les corridas ont repris en janvier après une interruption de quatre ans, déclenchant une vague de protestations. Selon les médias locaux, l'explosion a surtout touché les forces de sécurité déployées en nombre dimanche pour assurer la sécurité des spectateurs de la corrida qui doit avoir lieu dans l'après-midi. "Tous ceux qui souhaitent se rendre à la corrida peuvent y aller sans crainte pour leur sécurité", a assuré le maire sur Twitter. "Les terroristes ne vont pas nous intimider. Et nous ferons le nécessaire pour les appréhender", a-t-il ajouté, sans toutefois préciser si un groupe en particulier était soupçonné d'avoir déclenché l'explosion. La réouverture de La Santamaria le 22 janvier a déclenché une intense vague de protestations et donné lieu à des affrontements entre la police et des groupes opposés à la tauromachie. En 2012, la mairie de l'époque avait interdit l'utilisation de La Santamaria pour y organiser des corridas afin d'éviter "les tortures et le traitement cruel des animaux". Sa réouverture est intervenue quatre ans plus tard après une décision de la Cour constitutionnelle. (Belga)

"Je déplore la mort de l'agent de police John Herrera", a écrit Enrique Penalosa sur Twitter. La mairie a évoqué "31 blessés, dont deux dans un état grave". L'explosion serait due, selon M. Penalosa, à un "explosif", mais il n'a pas précisé sous quelle forme la charge (bombe, pétard, grenade...) avait été confectionnée, puis activée. La déflagration a eu lieu à proximité des arènes La Santamaria, où les corridas ont repris en janvier après une interruption de quatre ans, déclenchant une vague de protestations. Selon les médias locaux, l'explosion a surtout touché les forces de sécurité déployées en nombre dimanche pour assurer la sécurité des spectateurs de la corrida qui doit avoir lieu dans l'après-midi. "Tous ceux qui souhaitent se rendre à la corrida peuvent y aller sans crainte pour leur sécurité", a assuré le maire sur Twitter. "Les terroristes ne vont pas nous intimider. Et nous ferons le nécessaire pour les appréhender", a-t-il ajouté, sans toutefois préciser si un groupe en particulier était soupçonné d'avoir déclenché l'explosion. La réouverture de La Santamaria le 22 janvier a déclenché une intense vague de protestations et donné lieu à des affrontements entre la police et des groupes opposés à la tauromachie. En 2012, la mairie de l'époque avait interdit l'utilisation de La Santamaria pour y organiser des corridas afin d'éviter "les tortures et le traitement cruel des animaux". Sa réouverture est intervenue quatre ans plus tard après une décision de la Cour constitutionnelle. (Belga)