Les nouvelles de cet incident ont circulé alors qu'une délégation du Conseil de Sécurité de l'ONU rencontrait le président Juan Manuel Santos ainsi que des représentants des Farc, pour exprimer son soutien à l'accord de paix historique obtenu l'an dernier et évaluer les progrès accomplis dans le désarmement. Une délégation du gouvernement s'est alors rendue jeudi sur les lieux de l'enlèvement de l'employé de l'ONU, dans le département du Guaviare. Selon Rafael Pardo, Haut conseiller pour le postconflit, les droits humains et la sécurité, sa libération ne devrait pas tarder. Il s'agirait d'une question d'heures. "Nous travaillons avec les autorités compétentes en vue de sa libération immédiate et en toute sécurité", a sobrement précisé de son côté la représentation de l'ONU en Colombie, sans détailler l'identité ni la nationalité du principal intéressé. (Belga)

Les nouvelles de cet incident ont circulé alors qu'une délégation du Conseil de Sécurité de l'ONU rencontrait le président Juan Manuel Santos ainsi que des représentants des Farc, pour exprimer son soutien à l'accord de paix historique obtenu l'an dernier et évaluer les progrès accomplis dans le désarmement. Une délégation du gouvernement s'est alors rendue jeudi sur les lieux de l'enlèvement de l'employé de l'ONU, dans le département du Guaviare. Selon Rafael Pardo, Haut conseiller pour le postconflit, les droits humains et la sécurité, sa libération ne devrait pas tarder. Il s'agirait d'une question d'heures. "Nous travaillons avec les autorités compétentes en vue de sa libération immédiate et en toute sécurité", a sobrement précisé de son côté la représentation de l'ONU en Colombie, sans détailler l'identité ni la nationalité du principal intéressé. (Belga)