La présence de mineurs au sein des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), la plus ancienne et principale guérilla du pays, était justement l'un des points épineux du processus de paix. "La première opération humanitaire de l'année 2017 est déjà en marche, dans laquelle les mineurs sortiront des zones transitoires" où ont été regroupés les guérilleros le temps qu'ils rendent les armes et se préparent au retour à la vie civile, a indiqué dans un communiqué le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Fin janvier, le président colombien Juan Manuel Santos avait exigé que les Farc laissent sortir les mineurs de 15 ans de leurs rangs, comme prévu depuis mars 2016 entre les deux parties. Mais le processus a pris du retard et à ce jour seuls treize mineurs sont revenus à la vie civile, selon le gouvernement qui n'a pas précisé combien il en reste au sein de la guérilla. En mai 2016, le ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, avait estimé qu'il y en avait près de 170, sur un total de près de 7.000 guérilleros. Le commandant des Farc chargé de ce dossier, Pastor Alape, avait lui assuré qu'il ne restait que 23 enfants de moins de 15 ans. Cette sortie des mineurs des Farc survient alors que la guérilla a entamé mercredi son désarmement, qu'elle devra avoir conclu le 29 mai, sous supervision de l'ONU. (Belga)

La présence de mineurs au sein des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), la plus ancienne et principale guérilla du pays, était justement l'un des points épineux du processus de paix. "La première opération humanitaire de l'année 2017 est déjà en marche, dans laquelle les mineurs sortiront des zones transitoires" où ont été regroupés les guérilleros le temps qu'ils rendent les armes et se préparent au retour à la vie civile, a indiqué dans un communiqué le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Fin janvier, le président colombien Juan Manuel Santos avait exigé que les Farc laissent sortir les mineurs de 15 ans de leurs rangs, comme prévu depuis mars 2016 entre les deux parties. Mais le processus a pris du retard et à ce jour seuls treize mineurs sont revenus à la vie civile, selon le gouvernement qui n'a pas précisé combien il en reste au sein de la guérilla. En mai 2016, le ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, avait estimé qu'il y en avait près de 170, sur un total de près de 7.000 guérilleros. Le commandant des Farc chargé de ce dossier, Pastor Alape, avait lui assuré qu'il ne restait que 23 enfants de moins de 15 ans. Cette sortie des mineurs des Farc survient alors que la guérilla a entamé mercredi son désarmement, qu'elle devra avoir conclu le 29 mai, sous supervision de l'ONU. (Belga)