Le président colombien a annoncé ce déploiement depuis Cali, ville de 2,2 millions d'habitants, où il a présidé un conseil de sécurité. De nouvelles manifestations ont fait au moins trois morts vendredi dans la ville, dont un enquêteur du parquet de Cali qui a tiré sur la foule avant d'être lynché par les manifestants. Plus tôt dans la journée, le maire de Cali, Jorge Ivan Ospina avait annoncé via une vidéo que "trois personnes sont malheureusement mortes (...) Cela s'est produit entre ceux qui bloquent et ceux qui voulaient passer" à travers une barricade érigée par les manifestants. Cela porte à 49 le nombre de morts, dont 2 policiers, répertoriés par les autorités depuis le début de la grogne. Quelque 2.000 personnes ont été blessées et 123 sont portées disparues. Un nouvel appel à manifester avait été lancé vendredi dans tout le pays, un mois après le soulèvement du 28 avril contre un projet de réforme fiscale, vite abandonné, porté par le président de droite Ivan Duque, qui visait à augmenter la TVA et à élargir la base de l'impôt sur le revenu. Cette révolte sans précédent secoue les grandes villes, où sont érigées des barricades et des blocages d'axes routiers qui provoquent des pénuries et exaspèrent une partie de la population. (Belga)

Le président colombien a annoncé ce déploiement depuis Cali, ville de 2,2 millions d'habitants, où il a présidé un conseil de sécurité. De nouvelles manifestations ont fait au moins trois morts vendredi dans la ville, dont un enquêteur du parquet de Cali qui a tiré sur la foule avant d'être lynché par les manifestants. Plus tôt dans la journée, le maire de Cali, Jorge Ivan Ospina avait annoncé via une vidéo que "trois personnes sont malheureusement mortes (...) Cela s'est produit entre ceux qui bloquent et ceux qui voulaient passer" à travers une barricade érigée par les manifestants. Cela porte à 49 le nombre de morts, dont 2 policiers, répertoriés par les autorités depuis le début de la grogne. Quelque 2.000 personnes ont été blessées et 123 sont portées disparues. Un nouvel appel à manifester avait été lancé vendredi dans tout le pays, un mois après le soulèvement du 28 avril contre un projet de réforme fiscale, vite abandonné, porté par le président de droite Ivan Duque, qui visait à augmenter la TVA et à élargir la base de l'impôt sur le revenu. Cette révolte sans précédent secoue les grandes villes, où sont érigées des barricades et des blocages d'axes routiers qui provoquent des pénuries et exaspèrent une partie de la population. (Belga)