Le Défenseur du peuple, autorité veillant au respect des droits de l'Homme, avait annoncé mardi que 13 personnes avaient été tuées dans la municipalité de Magüi Payán, à la frontière équatorienne. Cette municipalité de 23.000 habitants fait partie d'un corridor stratégique pour le trafic de drogue, en plus de l'exploitation minière illégale. Selon le Défenseur du peuple, parmi les victimes décédées se trouve une femme enceinte, un homme handicapé mental et plusieurs dissidents des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), qui ont refusé de rendre les armes dans le cadre de l'accord de paix signé en novembre 2016 avec le gouvernement. L'Armée de libération nationale (ELN) s'attribue la responsabilité de la mort de 10 anciens Farc qui harcelaient les habitants depuis des mois. "Nous en avons abattu 10, parmi eux se trouvaient des chefs", a indiqué l'ELN dans un communiqué. (Belga)

Le Défenseur du peuple, autorité veillant au respect des droits de l'Homme, avait annoncé mardi que 13 personnes avaient été tuées dans la municipalité de Magüi Payán, à la frontière équatorienne. Cette municipalité de 23.000 habitants fait partie d'un corridor stratégique pour le trafic de drogue, en plus de l'exploitation minière illégale. Selon le Défenseur du peuple, parmi les victimes décédées se trouve une femme enceinte, un homme handicapé mental et plusieurs dissidents des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), qui ont refusé de rendre les armes dans le cadre de l'accord de paix signé en novembre 2016 avec le gouvernement. L'Armée de libération nationale (ELN) s'attribue la responsabilité de la mort de 10 anciens Farc qui harcelaient les habitants depuis des mois. "Nous en avons abattu 10, parmi eux se trouvaient des chefs", a indiqué l'ELN dans un communiqué. (Belga)