Le Flinterstar était entré en collision avec un méthanier de 315 mètres de long le 3 octobre 2015, avant de s'échouer et de laisser échapper du fioul. Le cargo accidenté, qui se trouvait au large de Zeebrugge, enfoncé dans un banc de sable, avait été entièrement démantelé au mois d'août. Le site a finalement été rouvert en octobre dernier à la navigation, un peu plus d'un an après la collision. Ce jeudi, un nouvel élément est intervenu dans ce dossier avec la faillite de la société en difficultés Flinter Groep, qui était propriétaire du bateau. "Cela n'est pas nécessairement une mauvaise nouvelle pour l'Etat belge, qui veut toujours obtenir le remboursement des coûts de renflouage du bateau néerlandais Flinterstar", a réagi M. De Backer dans un communiqué. "L'armateur est certes une partie importante mais il y a aussi un assureur qui est responsable pour le bateau. Il y a donc encore des options. Les frais de renflouage du bateau échoué ont déjà atteint 3,3 millions d'euros. Notre objectif est de les obtenir auprès de la personne responsable. L'enquête visant à établir les responsabilités de l'accident avec le navire est toujours en cours, mais devrait être prochainement clôturée. L'affaire pourra alors passer devant le tribunal", explique encore le Secrétaire d'Etat. (Belga)

Le Flinterstar était entré en collision avec un méthanier de 315 mètres de long le 3 octobre 2015, avant de s'échouer et de laisser échapper du fioul. Le cargo accidenté, qui se trouvait au large de Zeebrugge, enfoncé dans un banc de sable, avait été entièrement démantelé au mois d'août. Le site a finalement été rouvert en octobre dernier à la navigation, un peu plus d'un an après la collision. Ce jeudi, un nouvel élément est intervenu dans ce dossier avec la faillite de la société en difficultés Flinter Groep, qui était propriétaire du bateau. "Cela n'est pas nécessairement une mauvaise nouvelle pour l'Etat belge, qui veut toujours obtenir le remboursement des coûts de renflouage du bateau néerlandais Flinterstar", a réagi M. De Backer dans un communiqué. "L'armateur est certes une partie importante mais il y a aussi un assureur qui est responsable pour le bateau. Il y a donc encore des options. Les frais de renflouage du bateau échoué ont déjà atteint 3,3 millions d'euros. Notre objectif est de les obtenir auprès de la personne responsable. L'enquête visant à établir les responsabilités de l'accident avec le navire est toujours en cours, mais devrait être prochainement clôturée. L'affaire pourra alors passer devant le tribunal", explique encore le Secrétaire d'Etat. (Belga)