Selon le sénateur, les conducteurs de train ne peuvent bénéficier de l'assistance électronique qu'ils réclament "à cor et à cri". Avec le système "ETCS, qui permet d'arrêter un train quelle que soit sa vitesse, un tel accident ne se serait pas produit", a-t-il fait observer.

En dépit du changement de législature, plusieurs voix se sont fait entendre pour que la Commission Buizingen reprenne ses travaux au plus vite.

Le MR a déposé une proposition de loi permettant de réactiver une Commission spéciale, a indiqué François Bellot. Celle-ci pourrait être recréée à la Chambre ou prendre la forme d'une Commission mixte Chambre-Sénat, a-t-il estimé. Le cdH lui, a réitéré jeudi son souhait que la Commission spéciale consacrée à la sécurité sur le rail puisse reprendre ses travaux au plus vite.

La majorité fédérale à la Chambre avait décidé à la fin du mois de février dernier de créer, non pas une commission d'enquête parlementaire avec pouvoir d'enquête, mais une commission spéciale sur l'accident ferroviaire de Buizingen, afin d'examiner l'état de la sécurité du rail en Belgique pour éviter qu'un tel accident ne se reproduise à l'avenir.

LeVif.be, avec Belga.

Selon le sénateur, les conducteurs de train ne peuvent bénéficier de l'assistance électronique qu'ils réclament "à cor et à cri". Avec le système "ETCS, qui permet d'arrêter un train quelle que soit sa vitesse, un tel accident ne se serait pas produit", a-t-il fait observer. En dépit du changement de législature, plusieurs voix se sont fait entendre pour que la Commission Buizingen reprenne ses travaux au plus vite. Le MR a déposé une proposition de loi permettant de réactiver une Commission spéciale, a indiqué François Bellot. Celle-ci pourrait être recréée à la Chambre ou prendre la forme d'une Commission mixte Chambre-Sénat, a-t-il estimé. Le cdH lui, a réitéré jeudi son souhait que la Commission spéciale consacrée à la sécurité sur le rail puisse reprendre ses travaux au plus vite. La majorité fédérale à la Chambre avait décidé à la fin du mois de février dernier de créer, non pas une commission d'enquête parlementaire avec pouvoir d'enquête, mais une commission spéciale sur l'accident ferroviaire de Buizingen, afin d'examiner l'état de la sécurité du rail en Belgique pour éviter qu'un tel accident ne se reproduise à l'avenir. LeVif.be, avec Belga.