Au moment où les tensions entre les deux rives du détroit de Taïwan sont au plus haut depuis des décennies, le ministère taïwanais des Affaires étrangères a confirmé une visite de parlementaires organisée par l'Institut américain à Taïwan, qui fait office d'ambassade de Washington. Pékin a dénoncé un geste "risqué et provocateur", voué selon lui à l'échec. "Pactiser avec les forces indépendantistes taïwanaises est un jeu dangereux. Ceux qui jouent avec le feu finiront par s'y brûler", a averti devant la presse un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin. Washington a fourni peu de détails sur la visite. Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a confirmé mardi la visite des parlementaires, tout en précisant que leur déplacement assuré par l'armée de l'air était normal pour ce type de voyage. Pékin a accru son activité militaire ces derniers mois, multipliant les incursions dans la zone d'identification de défense aérienne taïwanaise. L'armée chinoise a annoncé mardi avoir effectué dans le détroit une "patrouille de préparation au combat". Le régime communiste menace de recourir à la force pour imposer sa souveraineté sur l'île gouvernée séparément du continent depuis 1949. Pékin accuse notamment la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen de rechercher une indépendance formelle de l'île dont l'appellation officielle reste "République de Chine". Seuls une quinzaine de pays reconnaissent ce régime démocratique aux dépens de la République populaire de Chine au pouvoir à Pékin. (Belga)

Au moment où les tensions entre les deux rives du détroit de Taïwan sont au plus haut depuis des décennies, le ministère taïwanais des Affaires étrangères a confirmé une visite de parlementaires organisée par l'Institut américain à Taïwan, qui fait office d'ambassade de Washington. Pékin a dénoncé un geste "risqué et provocateur", voué selon lui à l'échec. "Pactiser avec les forces indépendantistes taïwanaises est un jeu dangereux. Ceux qui jouent avec le feu finiront par s'y brûler", a averti devant la presse un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin. Washington a fourni peu de détails sur la visite. Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a confirmé mardi la visite des parlementaires, tout en précisant que leur déplacement assuré par l'armée de l'air était normal pour ce type de voyage. Pékin a accru son activité militaire ces derniers mois, multipliant les incursions dans la zone d'identification de défense aérienne taïwanaise. L'armée chinoise a annoncé mardi avoir effectué dans le détroit une "patrouille de préparation au combat". Le régime communiste menace de recourir à la force pour imposer sa souveraineté sur l'île gouvernée séparément du continent depuis 1949. Pékin accuse notamment la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen de rechercher une indépendance formelle de l'île dont l'appellation officielle reste "République de Chine". Seuls une quinzaine de pays reconnaissent ce régime démocratique aux dépens de la République populaire de Chine au pouvoir à Pékin. (Belga)