Les Etats-Unis enverront leurs athlètes mais aucun représentant diplomatique aux JO de 2022 en raison des violations des droits de l'Homme par la Chine, particulièrement dans la région à majorité musulmane du Xinjiang (nord-ouest), a annoncé lundi la Maison Blanche, faisant fi des mises en garde chinoises. Invité à réagir lors d'un point de presse, le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, a accusé les Etats-Unis d'avoir violé le principe de la neutralité politique du sport. "La tentative des Etats-Unis de perturber les Jeux olympiques d'hiver de Pékin, fondée sur un préjugé idéologique, des mensonges et des rumeurs, ne fera qu'exposer aux yeux de tous les intentions malveillantes des Etats-Unis", a-t-il dit. M. Zhao a de nouveau qualifié les accusations des pays occidentaux sur la situation au Xinjiang de "mensonge du siècle" mais il n'a pas précisé quelles mesures de représailles Pékin prendrait contre Washington, comme il l'avait annoncé lundi. A Washington, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, avait justifié lundi la décision de l'administration Biden. En étant présente, "la représentation diplomatique américaine traiterait ces Jeux comme si de rien n'était, malgré les violations flagrantes des droits de l'Homme et les atrocités de la Chine au Xinjiang. Et nous ne pouvons tout simplement pas faire cela", avait-elle déclaré. "Les athlètes de la Team USA ont notre soutien total. Nous serons derrière eux à 100% pendant que nous les encouragerons d'ici", avait-elle ajouté. Le Comité international olympique (CIO) s'est réjoui que la décision "politique" de Washington ne remette pas en cause la participation des sportifs américains. "La présence de responsables gouvernementaux et de diplomates est une décision purement politique pour chaque gouvernement, que le CIO, dans sa neutralité politique, respecte pleinement", a indiqué un porte-parole de l'instance olympique à l'AFP. (Belga)

Les Etats-Unis enverront leurs athlètes mais aucun représentant diplomatique aux JO de 2022 en raison des violations des droits de l'Homme par la Chine, particulièrement dans la région à majorité musulmane du Xinjiang (nord-ouest), a annoncé lundi la Maison Blanche, faisant fi des mises en garde chinoises. Invité à réagir lors d'un point de presse, le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, a accusé les Etats-Unis d'avoir violé le principe de la neutralité politique du sport. "La tentative des Etats-Unis de perturber les Jeux olympiques d'hiver de Pékin, fondée sur un préjugé idéologique, des mensonges et des rumeurs, ne fera qu'exposer aux yeux de tous les intentions malveillantes des Etats-Unis", a-t-il dit. M. Zhao a de nouveau qualifié les accusations des pays occidentaux sur la situation au Xinjiang de "mensonge du siècle" mais il n'a pas précisé quelles mesures de représailles Pékin prendrait contre Washington, comme il l'avait annoncé lundi. A Washington, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, avait justifié lundi la décision de l'administration Biden. En étant présente, "la représentation diplomatique américaine traiterait ces Jeux comme si de rien n'était, malgré les violations flagrantes des droits de l'Homme et les atrocités de la Chine au Xinjiang. Et nous ne pouvons tout simplement pas faire cela", avait-elle déclaré. "Les athlètes de la Team USA ont notre soutien total. Nous serons derrière eux à 100% pendant que nous les encouragerons d'ici", avait-elle ajouté. Le Comité international olympique (CIO) s'est réjoui que la décision "politique" de Washington ne remette pas en cause la participation des sportifs américains. "La présence de responsables gouvernementaux et de diplomates est une décision purement politique pour chaque gouvernement, que le CIO, dans sa neutralité politique, respecte pleinement", a indiqué un porte-parole de l'instance olympique à l'AFP. (Belga)