Il existe cependant encore un certain nombre d'exceptions. Il s'agit notamment des interventions qui menacent la sécurité nationale des États-Unis. Des investissements pourraient également être nécessaires pour élargir l'accès à l'énergie dans des zones vulnérables. La politique ne s'applique pas non plus aux projets existants, y compris ceux que les États-Unis ont soutenus sous différents gouvernements. Ce changement de cap dans la politique américaine pourrait affecter un nombre important de projets étrangers potentiels. Il s'agit notamment de la construction de terminaux en Europe de l'Est et dans les Caraïbes qui peuvent stocker le gaz naturel américain. Cette initiative montre que l'administration Biden a fait de la lutte contre le changement climatique l'une de ses principales priorités. Ce retrait des États-Unis crée toutefois des opportunités pour la Chine, par exemple. Ce pays est désireux de financer des projets énergétiques dans le monde entier. Cela se fait avec des sommes d'argent que les États-Unis ne peuvent pas égaler. A noter enfin que le retrait du gouvernement américain ne signifie pas que les entreprises nationales seront activement empêchées de s'engager dans des projets de charbon, de pétrole et de gaz à l'étranger. (Belga)

Il existe cependant encore un certain nombre d'exceptions. Il s'agit notamment des interventions qui menacent la sécurité nationale des États-Unis. Des investissements pourraient également être nécessaires pour élargir l'accès à l'énergie dans des zones vulnérables. La politique ne s'applique pas non plus aux projets existants, y compris ceux que les États-Unis ont soutenus sous différents gouvernements. Ce changement de cap dans la politique américaine pourrait affecter un nombre important de projets étrangers potentiels. Il s'agit notamment de la construction de terminaux en Europe de l'Est et dans les Caraïbes qui peuvent stocker le gaz naturel américain. Cette initiative montre que l'administration Biden a fait de la lutte contre le changement climatique l'une de ses principales priorités. Ce retrait des États-Unis crée toutefois des opportunités pour la Chine, par exemple. Ce pays est désireux de financer des projets énergétiques dans le monde entier. Cela se fait avec des sommes d'argent que les États-Unis ne peuvent pas égaler. A noter enfin que le retrait du gouvernement américain ne signifie pas que les entreprises nationales seront activement empêchées de s'engager dans des projets de charbon, de pétrole et de gaz à l'étranger. (Belga)