La jeune égérie de la lutte contre le réchauffement climatique, qui traversait l'Amérique du Nord en voiture électrique pour se rendre au Chili où la prochaine conférence internationale sur le climat était initialement prévue, a fait étape lundi dans le nord de l'Etat pour visiter la petite ville de Paradise, dévastée par un violent feu de forêt le 8 novembre 2018. "J'ai rencontré des rescapés qui m'ont montré la destruction, des rues et des rues sans aucune maison et au moins 86 personnes mortes", a dit Greta Thunberg devant l'hôtel de ville de Los Angeles, à l'issue d'un défilé qui a rassemblé plusieurs centaines de manifestants. "Aujourd'hui en Californie, nous voyons les incendies éclater juste au coin de la rue, des incendies qui sont intensifiés par la crise climatique", a-t-elle mis en garde. "Mais ça ne se produit pas seulement ici! Partout dans le monde, on peut voir l'impact environnemental effroyable qui fait souffrir et tue un nombre incalculable de gens", a poursuivi Greta Thunberg. Dernier en date, l'incendie baptisé "Maria Fire" s'est déclaré dans la nuit de jeudi à vendredi dans le sud de la Californie, brûlant en quelques heures 3.500 hectares de broussailles dans le comté de Ventura, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Los Angeles. Des centaines de pompiers appuyés par des moyens aériens ont combattu toute la nuit l'incendie, qui menaçait deux petites communautés agricoles et a provoqué des évacuations préventives concernant plus de 7.000 personnes. Il n'était pas contenu vendredi matin mais les pompiers ont accompli de gros progrès face à plusieurs autres feux qui sévissent dans le sud de la Californie ces derniers jours. Le "Getty Fire" qui s'est déclaré lundi dans les quartiers chics des collines de Los Angeles, aux pieds du prestigieux musée Getty, était contenu à 66% et l'ordre d'évacuation concernant des milliers de résidants, dont des stars comme Arnold Schwarzenegger ou LeBron James, a été intégralement levé vendredi. Cette stratégie d'évacuation préventive s'est avérée payante puisqu'aucun mort n'a été recensé malgré les milliers d'hectares et les dizaines de bâtiments dévorés par les flammes ces dernières semaines. Au nord de l'Etat, le "Kincade Fire", qui a éclaté le 23 octobre près de San Francisco, a brûlé plus de 31.000 hectares de végétation et détruit plus de 250 bâtiments mais il était contenu à 68%. Plus d'une douzaine de feux se sont déclarés depuis la semaine dernière en différents points de Californie et le drapeau rouge devrait flotter encore jusqu'à samedi après-midi. La saison des incendies fait régulièrement des ravages dans cet Etat de l'ouest américain en proie à une sécheresse chronique, mais leur fréquence s'est sensiblement accélérée ces dernières années, notamment sous l'effet du réchauffement ainsi que l'a souligné Greta Thunberg. "Nous sommes en train de vivre le début d'un effondrement climatique et écologique", a-t-elle lancé durant son discours à Los Angeles, "et nous ne pouvons pas continuer à détourner le regard plus longtemps". (Belga)