Il est assez peu fréquent que cinq phoques soient libérés d'un coup, souligne-t-on du côté du parc animalier. La décision est simplement prise quand les équipes de soigneurs estiment que les animaux ont repris des forces suffisantes. Selon le parc, de plus en plus de phoques s'échouent ou s'installent sur les plages belges, dont un certain nombre d'animaux nécessitant une assistance. De manière interpellante, un des phoques pris en charge était en réalité en bonne santé quand il a décidé de passer du temps à profiter de la grisaille à la Côte belge, mais a été épuisé par l'intervention de personnes présentes sur la plage. Il a sans doute aussi été mordu par un chien et a dû en conséquence être amputé d'une partie de nageoire. Avec le départ des cinq animaux remis en liberté jeudi, il reste quatre phoques au Sea Life de Blankenberge. Le centre recueille et soigne chaque année plusieurs dizaines de petits phoques affaiblis ou malades. En février dernier, un petit phoque gris épuisé, fiévreux et présentant un abcès, observé à Nieuport, avait été le 500e pensionnaire temporaire de ce type pour le Sea Life, depuis le début de ces opérations de sauvetage en 1998. Régulièrement, le centre insiste sur l'importance de laisser en paix les phoques que l'on croise sur les plages, et de ne surtout pas s'en approcher. (Belga)