"Trois de ces cas sont liés à des voyages ou à des personnes qui sont rentrées d'Inde", a précisé Mme Neven. Et d'ajouter que les personnes concernées sont âgées de moins de 50 ans. Un tracing très poussé a été mis en place afin de s'assurer que ces patients restent en isolement. "On essaie aussi d'établir la source des contaminations", a ajouté la coordinatrice. Les cinq malades n'étaient pas encore vaccinés, a-t-elle encore souligné. En raison de l'apparition de ce variant indien, il convient donc de rester prudent, même si les chiffres de l'épidémie dans la capitale se stabilisent de plus en plus, a insisté Mme Neven, qui a par ailleurs fait référence à la réouverture des terrasses et aux rassemblements récents. Avec 380 cas par 100.000 habitants sur les 14 derniers jours, le taux d'incidence continue ainsi de diminuer, "ce qui est une vraie bonne nouvelle", selon Inge Neven. Mais cette baisse ralentit et le taux d'incidence reste très élevé. La meilleure nouvelle réside dans le fait que le nombre de tests est toujours en légère augmentation, avec une diminution accentuée, par rapport aux semaines précédentes, du taux de positivité, qui atteint 6,5%. Le taux de reproduction du virus est, quant à lui, de 0,96, Lorsqu'il est inférieur à 1, cet indicateur signifie que l'épidémie tend à ralentir. Les hospitalisations et les admissions dans les services de soins intensifs poursuivent leur courbe descendante, a pointé Mme Neven. "On espère que, petit à petit, la situation s'améliorera. Même si elle est plutôt stable, le nombre d'infections pourrait de nouveau augmenter", a-t-elle averti. Quant aux chiffres relatifs aux décès, ils sont également stables, avec six à sept décès à déplorer par jour en moyenne dans la Région. Enfin, dans les écoles, les nombres de cas positifs et de classes fermées sont similaires à ceux enregistrés deux semaines après le congé de détente (Carnaval). Une situation à suivre, en raison de la reprise des cours, a conclu Inge Neven. (Belga)

"Trois de ces cas sont liés à des voyages ou à des personnes qui sont rentrées d'Inde", a précisé Mme Neven. Et d'ajouter que les personnes concernées sont âgées de moins de 50 ans. Un tracing très poussé a été mis en place afin de s'assurer que ces patients restent en isolement. "On essaie aussi d'établir la source des contaminations", a ajouté la coordinatrice. Les cinq malades n'étaient pas encore vaccinés, a-t-elle encore souligné. En raison de l'apparition de ce variant indien, il convient donc de rester prudent, même si les chiffres de l'épidémie dans la capitale se stabilisent de plus en plus, a insisté Mme Neven, qui a par ailleurs fait référence à la réouverture des terrasses et aux rassemblements récents. Avec 380 cas par 100.000 habitants sur les 14 derniers jours, le taux d'incidence continue ainsi de diminuer, "ce qui est une vraie bonne nouvelle", selon Inge Neven. Mais cette baisse ralentit et le taux d'incidence reste très élevé. La meilleure nouvelle réside dans le fait que le nombre de tests est toujours en légère augmentation, avec une diminution accentuée, par rapport aux semaines précédentes, du taux de positivité, qui atteint 6,5%. Le taux de reproduction du virus est, quant à lui, de 0,96, Lorsqu'il est inférieur à 1, cet indicateur signifie que l'épidémie tend à ralentir. Les hospitalisations et les admissions dans les services de soins intensifs poursuivent leur courbe descendante, a pointé Mme Neven. "On espère que, petit à petit, la situation s'améliorera. Même si elle est plutôt stable, le nombre d'infections pourrait de nouveau augmenter", a-t-elle averti. Quant aux chiffres relatifs aux décès, ils sont également stables, avec six à sept décès à déplorer par jour en moyenne dans la Région. Enfin, dans les écoles, les nombres de cas positifs et de classes fermées sont similaires à ceux enregistrés deux semaines après le congé de détente (Carnaval). Une situation à suivre, en raison de la reprise des cours, a conclu Inge Neven. (Belga)