Partout dans le monde, des structures font appel depuis plus de 50 ans à une société suisse afin de maintenir le secret des communications de leurs espions, soldats et diplomates. Crypto AG s'est démarqué une première fois en décrochant au cours de la Seconde Guerre mondiale un contrat pour fabriquer des appareils de codage pour l'armée américaine et s'est positionnée comme un acteur de premier plan dans l'équipement de cryptage. Selon le Washington Post, cette entreprise a construit sa prospérité en vendant ses équipements à plus de 120 clients, dont l'Iran, les juntes militaires d'Amérique latine, l'Inde, le Pakistan et même le Vatican. Aucun client ne savait pourtant que Crypto était depuis 1970 aux mains de la CIA, en partenariat avec les services secrets ouest-allemands. Les agences d'espionnage adaptaient la technologie fournie par l'entreprise et pouvaient ainsi aisément casser les codes employés par les nations pour envoyer leurs messages codés. L'opération nommée dans un premier temps "Thesaurus", puis rebaptisée "Rubicon", est considérée comme l'une des plus audacieuses mises sur pied par la CIA, rapporte le Washington Post. "C'est le coup d'État du siècle", conclut le rapport de la CIA. "Les gouvernements du monde ont payé très cher les États-Unis et l'Allemagne de l'Ouest pour le privilège de voir leurs communications les plus secrètes lues par au moins deux (et peut-être jusqu'à cinq ou six) autres pays." L'Allemagne a pris ses distances en 1994, laissant l'entreprise aux seules mains de la CIA. Crypto a fait faillite en 2018 mais son matériel est toujours utilisé aujourd'hui dans de nombreux pays. (Belga)

Partout dans le monde, des structures font appel depuis plus de 50 ans à une société suisse afin de maintenir le secret des communications de leurs espions, soldats et diplomates. Crypto AG s'est démarqué une première fois en décrochant au cours de la Seconde Guerre mondiale un contrat pour fabriquer des appareils de codage pour l'armée américaine et s'est positionnée comme un acteur de premier plan dans l'équipement de cryptage. Selon le Washington Post, cette entreprise a construit sa prospérité en vendant ses équipements à plus de 120 clients, dont l'Iran, les juntes militaires d'Amérique latine, l'Inde, le Pakistan et même le Vatican. Aucun client ne savait pourtant que Crypto était depuis 1970 aux mains de la CIA, en partenariat avec les services secrets ouest-allemands. Les agences d'espionnage adaptaient la technologie fournie par l'entreprise et pouvaient ainsi aisément casser les codes employés par les nations pour envoyer leurs messages codés. L'opération nommée dans un premier temps "Thesaurus", puis rebaptisée "Rubicon", est considérée comme l'une des plus audacieuses mises sur pied par la CIA, rapporte le Washington Post. "C'est le coup d'État du siècle", conclut le rapport de la CIA. "Les gouvernements du monde ont payé très cher les États-Unis et l'Allemagne de l'Ouest pour le privilège de voir leurs communications les plus secrètes lues par au moins deux (et peut-être jusqu'à cinq ou six) autres pays." L'Allemagne a pris ses distances en 1994, laissant l'entreprise aux seules mains de la CIA. Crypto a fait faillite en 2018 mais son matériel est toujours utilisé aujourd'hui dans de nombreux pays. (Belga)