La police est toujours à la recherche de la fille de l'une des victimes, âgée de six ans et portée disparue, près d'un lac aux environs de la capitale Nicosie. Un officier chypriote de l'armée âgé de 35 ans a été arrêté et a avoué le meurtre des deux femmes, qui travaillaient à Chypre, ont indiqué les enquêteurs. Il est soupçonné d'avoir également tué la fillette portée disparue. Les médias locaux ont estimé qu'il s'agit des "premiers meurtres en série" de Chypre. "La police et la société chypriote sont confrontées à un type de crime sans précédent à Chypre", a déclaré à la presse le chef de la police Zacharias Chrysostomou. La première victime, dont le cadavre a été découvert le 14 avril, était âgée de 38 ans. Elle et sa fille -toujours recherchée par la police- avaient été signalées comme disparues auprès des forces de l'ordre en mai 2018. Le corps d'une autre femme, âgée de 28 ans, a également été retrouvée durant les recherches dans la mine de Mitsero, à 30 km au sud de Nicosie. Son cadavre décomposé a été retrouvé attaché et enveloppé de la même manière que la première victime. L'affaire a choqué l'île où le taux de criminalité est relativement faible, et les autorités ont été critiquées pour leur manque d'action. Le principal parti d'opposition Akel a appelé à la démission du chef de la police et du ministre de la Justice. (Belga)

La police est toujours à la recherche de la fille de l'une des victimes, âgée de six ans et portée disparue, près d'un lac aux environs de la capitale Nicosie. Un officier chypriote de l'armée âgé de 35 ans a été arrêté et a avoué le meurtre des deux femmes, qui travaillaient à Chypre, ont indiqué les enquêteurs. Il est soupçonné d'avoir également tué la fillette portée disparue. Les médias locaux ont estimé qu'il s'agit des "premiers meurtres en série" de Chypre. "La police et la société chypriote sont confrontées à un type de crime sans précédent à Chypre", a déclaré à la presse le chef de la police Zacharias Chrysostomou. La première victime, dont le cadavre a été découvert le 14 avril, était âgée de 38 ans. Elle et sa fille -toujours recherchée par la police- avaient été signalées comme disparues auprès des forces de l'ordre en mai 2018. Le corps d'une autre femme, âgée de 28 ans, a également été retrouvée durant les recherches dans la mine de Mitsero, à 30 km au sud de Nicosie. Son cadavre décomposé a été retrouvé attaché et enveloppé de la même manière que la première victime. L'affaire a choqué l'île où le taux de criminalité est relativement faible, et les autorités ont été critiquées pour leur manque d'action. Le principal parti d'opposition Akel a appelé à la démission du chef de la police et du ministre de la Justice. (Belga)