Ce système arbitraire de détention, en vigueur depuis près de trois décennies, n'existera plus à partir du 29 décembre, et les personnes détenues dans ces "centres d'éducation" devraient être libérées immédiatement, a indiqué l'agence. Selon leurs détracteurs, ces centres ont peu de choses à voir avec l'éducation. "Les travailleurs du sexe subissent dans ces centres la violence policière (...) le travail forcé, des tests obligatoires pour les maladies sexuellement transmissibles (...) l'humiliation et des violences physiques", a déclaré Shen Tingting, une responsable de l'organisation Asia Catalyst, une association qui défend les droits des communautés marginalisées. L'abolition de ce système "est un pas positif", a-t-elle dit. L'opinion publique était favorable à la fermeture de ces centres depuis l'abolition en Chine du "système de rééducation par les camps de travail" en 2013. Néanmoins, les autorités avaient maintenu le système de détention arbitraire des travailleurs du sexe et de leurs clients. Les prostituées et leurs clients encourent, selon la loi chinoise, jusqu'à 5.000 yuan (714 dollars) d'amende et quinze jours de détention administrative. (Belga)

Ce système arbitraire de détention, en vigueur depuis près de trois décennies, n'existera plus à partir du 29 décembre, et les personnes détenues dans ces "centres d'éducation" devraient être libérées immédiatement, a indiqué l'agence. Selon leurs détracteurs, ces centres ont peu de choses à voir avec l'éducation. "Les travailleurs du sexe subissent dans ces centres la violence policière (...) le travail forcé, des tests obligatoires pour les maladies sexuellement transmissibles (...) l'humiliation et des violences physiques", a déclaré Shen Tingting, une responsable de l'organisation Asia Catalyst, une association qui défend les droits des communautés marginalisées. L'abolition de ce système "est un pas positif", a-t-elle dit. L'opinion publique était favorable à la fermeture de ces centres depuis l'abolition en Chine du "système de rééducation par les camps de travail" en 2013. Néanmoins, les autorités avaient maintenu le système de détention arbitraire des travailleurs du sexe et de leurs clients. Les prostituées et leurs clients encourent, selon la loi chinoise, jusqu'à 5.000 yuan (714 dollars) d'amende et quinze jours de détention administrative. (Belga)