Ignorant les avertissements des capitales occidentales, les quelque 3.000 députés de l'Assemblée nationale populaire (ANP) ont approuvé à la quasi-unanimité un "projet de décision sur l'amélioration du système électoral" dans l'ex-colonie britannique. Une salve d'applaudissements a salué le résultat du vote dans l'immense Palais du peuple, le siège du Parlement à Pékin. Aucun député n'a voté contre le texte et un seul s'est abstenu. A la suite de l'annonce de la réforme la semaine dernière, Londres, mais aussi Washington et Bruxelles avaient mis le régime chinois en garde contre une nouvelle atteinte à l'autonomie de Hong Kong et à ce qu'il reste de ses libertés. Le projet de modification de la désignation des députés du Conseil législatif (Legco), le parlement hongkongais, survient près d'un an après l'imposition par Pékin d'une loi sur la sécurité nationale, qui s'est traduite par une répression sans précédent des militants de l'opposition dans le territoire autonome. Le régime communiste avait imposé cette loi après les manifestations monstres de 2019 contre l'influence de Pékin à Hong Kong. Mais le pouvoir du président Xi Jinping n'avait pas pu empêcher qu'une consultation locale fin 2019 donne une très large victoire aux conseillers de district d'opposition. A la suite du vote de jeudi, le comité permanent de l'ANP devrait être chargé de rédiger un projet de loi qui sera formellement approuvé par le parlement chinois avant d'être imposé à Hong Kong. Le texte n'a pas été publié, mais un haut responsable de l'ANP a expliqué la semaine dernière qu'il consisterait à accroître le rôle du "comité électoral", un organe soumis à Pékin et qui désigne déjà directement la moitié des députés du Conseil législatif. Ce dispositif a permis au pouvoir chinois de s'assurer des majorités favorables au Legco depuis la rétrocession de 1997. La réforme accroîtrait le nombre des députés désignés directement par le comité électoral, qui se verrait en outre habilité à sélectionner les candidats autorisés à se présenter au volet démocratique du scrutin. Le comité électoral aura pour tâche d'élire "une grande partie des membres du Conseil législatif et de directement participer à la nomination de tous les candidats", a déclaré Wang Chen, vice-président du Comité permanent de l'ANP. (Belga)

Ignorant les avertissements des capitales occidentales, les quelque 3.000 députés de l'Assemblée nationale populaire (ANP) ont approuvé à la quasi-unanimité un "projet de décision sur l'amélioration du système électoral" dans l'ex-colonie britannique. Une salve d'applaudissements a salué le résultat du vote dans l'immense Palais du peuple, le siège du Parlement à Pékin. Aucun député n'a voté contre le texte et un seul s'est abstenu. A la suite de l'annonce de la réforme la semaine dernière, Londres, mais aussi Washington et Bruxelles avaient mis le régime chinois en garde contre une nouvelle atteinte à l'autonomie de Hong Kong et à ce qu'il reste de ses libertés. Le projet de modification de la désignation des députés du Conseil législatif (Legco), le parlement hongkongais, survient près d'un an après l'imposition par Pékin d'une loi sur la sécurité nationale, qui s'est traduite par une répression sans précédent des militants de l'opposition dans le territoire autonome. Le régime communiste avait imposé cette loi après les manifestations monstres de 2019 contre l'influence de Pékin à Hong Kong. Mais le pouvoir du président Xi Jinping n'avait pas pu empêcher qu'une consultation locale fin 2019 donne une très large victoire aux conseillers de district d'opposition. A la suite du vote de jeudi, le comité permanent de l'ANP devrait être chargé de rédiger un projet de loi qui sera formellement approuvé par le parlement chinois avant d'être imposé à Hong Kong. Le texte n'a pas été publié, mais un haut responsable de l'ANP a expliqué la semaine dernière qu'il consisterait à accroître le rôle du "comité électoral", un organe soumis à Pékin et qui désigne déjà directement la moitié des députés du Conseil législatif. Ce dispositif a permis au pouvoir chinois de s'assurer des majorités favorables au Legco depuis la rétrocession de 1997. La réforme accroîtrait le nombre des députés désignés directement par le comité électoral, qui se verrait en outre habilité à sélectionner les candidats autorisés à se présenter au volet démocratique du scrutin. Le comité électoral aura pour tâche d'élire "une grande partie des membres du Conseil législatif et de directement participer à la nomination de tous les candidats", a déclaré Wang Chen, vice-président du Comité permanent de l'ANP. (Belga)