L'institution a rejeté "les deux recours (déposés par la droite, ndlr) par six votes contre quatre, au sujet des trois causes d'interruption de grossesse" désormais autorisées, pour les femmes dont la vie est en danger, qui ont été violées ou dont le foetus est jugé non-viable, a déclaré Rodrigo Pica, secrétaire général du Tribunal constitutionnel, lors d'une conférence de presse. (Belga)

L'institution a rejeté "les deux recours (déposés par la droite, ndlr) par six votes contre quatre, au sujet des trois causes d'interruption de grossesse" désormais autorisées, pour les femmes dont la vie est en danger, qui ont été violées ou dont le foetus est jugé non-viable, a déclaré Rodrigo Pica, secrétaire général du Tribunal constitutionnel, lors d'une conférence de presse. (Belga)