Au vu du refus de la N-VA de coopérer, le Premier ministre en reviendrait aux plans qu'il avait dessinés en décembre dernier au moment du départ des nationalistes flamands du gouvernement: M. Michel voulait alors constituer une majorité de rechange au Parlement avec l'appui du PS pour avancer sur certains dossiers. Celui qui est aussi président du MR a également constaté l'émergence de la "coalition Dewael", expression utilisée par le PS Paul Magnette pour désigner la majorité de circonstance constituée - sans la N-VA ni le Vlaams Belang mais avec les socialistes et les écologistes - pour placer l'Open Vld Patrick Dewael à la présidence de la Chambre. En considérant la place que prendraient Didier Reynders, Kris Peeters ou Wouter Beke dans les scénarios (commissaire européen, Premier ministre), les libéraux francophones comptent surtout sur le CD&V, si toutefois ce parti ne se "scotche" pas à la N-VA. Restée au balcon, cette dernière se dit choquée par les man?uvres de Charles Michel. (Belga)

Au vu du refus de la N-VA de coopérer, le Premier ministre en reviendrait aux plans qu'il avait dessinés en décembre dernier au moment du départ des nationalistes flamands du gouvernement: M. Michel voulait alors constituer une majorité de rechange au Parlement avec l'appui du PS pour avancer sur certains dossiers. Celui qui est aussi président du MR a également constaté l'émergence de la "coalition Dewael", expression utilisée par le PS Paul Magnette pour désigner la majorité de circonstance constituée - sans la N-VA ni le Vlaams Belang mais avec les socialistes et les écologistes - pour placer l'Open Vld Patrick Dewael à la présidence de la Chambre. En considérant la place que prendraient Didier Reynders, Kris Peeters ou Wouter Beke dans les scénarios (commissaire européen, Premier ministre), les libéraux francophones comptent surtout sur le CD&V, si toutefois ce parti ne se "scotche" pas à la N-VA. Restée au balcon, cette dernière se dit choquée par les man?uvres de Charles Michel. (Belga)