"J'ai constaté une différence dans le ton et le message (de M. Trump) par rapport à sa première intervention ici à l'ONU", a indiqué M. Michel à quelques journalistes belges présents sur place. Il y voit un effet bénéfique du discours multilatéraliste. "A travers des cercles comme le G7, le G20, ou dans le dialogue avec l'Union européenne, nous défendons et échangeons des arguments en faveur du multilatéralisme, cela semble faire effet". Appelé à prendre la présidence du Conseil européen le 1er décembre prochain, M. Michel a insisté sur l'importance du lien transatlantique et des valeurs communes avec les Etats-Unis. "J'ai constaté ces derniers temps des signaux exprimant une volonté de dialogue renforcé avec l'Union européenne, notamment lors de la visite à Bruxelles de Mike Pompeo (le chef de la diplomatie américaine, NDLR). On perçoit le souhait de renforcer l'intensité du dialogue entre l'UE et les Etats-Unis sur les questions commerciales, climatiques, ou sur les questions géopolitiques, comme la Russie ou la Chine". "Nous sommes partenaires des Etats-Unis au sein de l'Otan, et l'histoire des dernières décennies a montré que l'alliance Europe-USA a contribué à renforcer la paix et la sécurité sur une part significative de la planète, avec des valeurs communes, une foi partagée dans la démocratie, la liberté et les droits de l'homme. Ce qui ne veut pas dire qu'on est d'accord sur tout", a nuancé M. Michel. (Belga)