On lui connaît peu d'amis en politique, et encore moins à Charleroi, ne seraient son fidélissime secrétaire de cabinet Laurent Zecchini et le bouwmeester Georgios Maillis . C'est au fond assez logique. Pas besoin d'être Machiavel pour savoir que ce qui serait un handicap dans la vie sociale est une liberté dans la vie politique. C'est ainsi que Paul Magnette, depuis 2007, fait de la politique sans sentiment. Au sein d'un Parti socialiste carolorégien qu'il domine comme personne ne l'avait dominé, sans doute aussi parce que jamais ses effectifs n'avaient été si maigres, Paul Magnette ne connaît de proximité que d'intérêt. Celle-là varie aussi sûrement que celui-ci évolue. Mais si ses intérêts à moyen terme ont pu solidement changer, sa ligne de long terme, dessinée depuis l'été 2007 et son entrée en politique, elle, n'a pas dévié. Elle porte un nom, le renouvellement, et tient un rythme, lent, qui dépend des évolutions électorales plutôt que de la brusquerie d'un souverain. Même si, lorsque le contexte le permet, le souverain ne se prive pas de brusquer. On va y venir.
...