Face au parti de gauche radicale, désormais crédité de 7 à 8% d'intentions de vote, Elio Di Rupo a appelé à voter utile. "Je peux comprendre, des analyses peuvent être faites, mais quand on doit voter, c'est pour cinq ans. On doit voter PS si on est progressiste", a-t-il dit. "Réfléchissez avant de poser l'acte", a-t-il ajouté à l'adresse des électeurs.

Le Premier ministre a une nouvelle fois défendu son bilan et répété que son gouvernement avait stabilisé le pays. Selon lui, seul le PS est à même de "faire front aux séparatistes", contrairement au MR qui, selon lui, "fait des mamours à la N-VA".

Face au parti de gauche radicale, désormais crédité de 7 à 8% d'intentions de vote, Elio Di Rupo a appelé à voter utile. "Je peux comprendre, des analyses peuvent être faites, mais quand on doit voter, c'est pour cinq ans. On doit voter PS si on est progressiste", a-t-il dit. "Réfléchissez avant de poser l'acte", a-t-il ajouté à l'adresse des électeurs. Le Premier ministre a une nouvelle fois défendu son bilan et répété que son gouvernement avait stabilisé le pays. Selon lui, seul le PS est à même de "faire front aux séparatistes", contrairement au MR qui, selon lui, "fait des mamours à la N-VA".