"Le problème du climat est un des secteurs où la Russie et les Etats-Unis ont des intérêts communs et des approches similaires", a souligné le président russe dans un communiqué publié mercredi par le Kremlin. Selon le Kremlin, Vladimir Poutine "attache une grande importance" à la réalisation des objectifs de l'accord de Paris sur le climat. Il soutient également "un dialogue dépolitisé" concernant cette problématique, selon cette source. En visite cette semaine dans la capitale, John Kerry a déjà appelé à développer une coopération avec Moscou sur le climat lors d'une rencontre lundi avec le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. La Russie, un des principaux producteurs mondiaux de pétrole et de gaz, a pris ces dernières années des engagements suggérant qu'elle prend le changement climatique au sérieux, sur fond de multiplication des feux de forêt chaque été en Sibérie et de fonte du permafrost, qui met en danger plusieurs villes de l'Arctique. Lors de son discours annuel en avril, le président Poutine a ainsi déclaré que la Russie doit s'adapter au changement climatique et a ordonné la création d'une industrie pour recycler les émissions de carbone. Le changement climatique est un des rares domaines dans lesquels les États-Unis et l'Union européenne se sont déclarés prêts à s'engager dans une coopération avec la Russie, dans un contexte de tensions permanentes. (Belga)

"Le problème du climat est un des secteurs où la Russie et les Etats-Unis ont des intérêts communs et des approches similaires", a souligné le président russe dans un communiqué publié mercredi par le Kremlin. Selon le Kremlin, Vladimir Poutine "attache une grande importance" à la réalisation des objectifs de l'accord de Paris sur le climat. Il soutient également "un dialogue dépolitisé" concernant cette problématique, selon cette source. En visite cette semaine dans la capitale, John Kerry a déjà appelé à développer une coopération avec Moscou sur le climat lors d'une rencontre lundi avec le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov. La Russie, un des principaux producteurs mondiaux de pétrole et de gaz, a pris ces dernières années des engagements suggérant qu'elle prend le changement climatique au sérieux, sur fond de multiplication des feux de forêt chaque été en Sibérie et de fonte du permafrost, qui met en danger plusieurs villes de l'Arctique. Lors de son discours annuel en avril, le président Poutine a ainsi déclaré que la Russie doit s'adapter au changement climatique et a ordonné la création d'une industrie pour recycler les émissions de carbone. Le changement climatique est un des rares domaines dans lesquels les États-Unis et l'Union européenne se sont déclarés prêts à s'engager dans une coopération avec la Russie, dans un contexte de tensions permanentes. (Belga)