Tout le monde sait qu'après cette crise, nous devrons faire face à ses conséquences économiques pendant longtemps. Bea Cantillon, directrice du Centre de politique sociale de l'Université d'Anvers jusqu'à l'année dernière, est parfaitement placée pour jeter un premier regard sur l'avenir. Tout au long de sa carrière, elle a défendu la sécurité sociale, un système dont même les plus grands sceptiques redécouvrent aujourd'hui les avantages.
...

Tout le monde sait qu'après cette crise, nous devrons faire face à ses conséquences économiques pendant longtemps. Bea Cantillon, directrice du Centre de politique sociale de l'Université d'Anvers jusqu'à l'année dernière, est parfaitement placée pour jeter un premier regard sur l'avenir. Tout au long de sa carrière, elle a défendu la sécurité sociale, un système dont même les plus grands sceptiques redécouvrent aujourd'hui les avantages."Cette crise est si écrasante que pour l'instant, nous ne pouvons rien dire de significatif sur la façon dont nous allons nous en sortir. Nous ne savons même pas combien de temps le virus va continuer à circuler. Mais notre position dépendra aussi des choix que nous ferons ensemble. Le virus nous est arrivé, mais nous devons maintenant décider pour quoi nous voulons nous battre."À quoi pensez-vous?Bea Cantillon : Le déficit budgétaire sera si élevé qu'il faudra briser des tabous. Il y a longtemps qu'on parle d'un impôt sur la fortune, mais il n'a jamais été possible de le mettre en oeuvre. À présent, il n'y aura pas d'autre solution. Nous devrons augmenter les impôts, et il est alors logique que nous nous penchions sur la richesse qui est largement laissée de côté aujourd'hui. Nous devrons également faire preuve de plus de solidarité au niveau européen. Ces jours-ci, on entend beaucoup parler de "l'excellent système de santé italien". Cependant, les chiffres des dépenses de santé montrent à quel point les mesures d'austérité imposées ces dernières années ont été douloureuses. En 2000, les dépenses de santé en Italie représentaient encore 91 % de la moyenne de la zone euro. Aujourd'hui, il est encore de 73 %. Mes collègues italiens supposent qu'une partie de l'effondrement dramatique du système est liée à cela. En plus de l'Italie, l'Espagne sera désormais également en proie à de graves difficultés. Cette crise révèle clairement que la coopération européenne est nécessaire, sinon nous n'y arriverons pas.La crise financière n'a-t-elle pas prouvé que la solidarité européenne n'existera guère ?Depuis la crise financière, les choses ont également changé pour le mieux dans l'Union européenne. La Commission précédente a réalisé des choses importantes, et la politique sociale occupe désormais une place beaucoup plus importante dans l'agenda européen. C'est devenu une nécessité, et j'ai bon espoir.Bien sûr, notre système n'est pas conçu pour des crises comme celle-ci. On parlait autrefois de "sécurité sociale", ce qui en dit long sur ce qu'elle est : elle offre une sécurité à tous les membres de notre société. Il n'y a pas que les individus et les familles qui n'ont pas de chance qui en bénéficient, mais elle fonctionne également pour nos entreprises et la société dans son ensemble. Elle fonctionne même si bien que la plupart des gens ne l'ont pas remarqué et l'ont même oublié. Dans une crise comme celle-ci, elle redevient très visible. L'ensemble du système passe maintenant dix vitesses. En un clin d'oeil, une sorte de chômage temporaire se met en place.Beaucoup de gens n'ont jamais cru qu'ils auraient un jour besoin d'une allocation.Sans aucun doute. Il y a probablement beaucoup de gens qui pensaient que le chômage était réservé à ceux qui ne faisaient pas assez d'efforts. Nous devons être prudents maintenant et ne pas aller trop loin. Plus d'un million de personnes temporairement au chômage, c'est beaucoup. C'était une première réaction rationnelle de garder le plus de gens possible à la maison. Rétrospectivement, nous verrons peut-être qu'il y avait d'autres possibilités.Comment pensez-vous que le système belge s'est comporté ces dernières semaines ?Regardez notre système de soins de santé, qui est au coeur de cette crise. Il fonctionne vraiment bien, non? Les hôpitaux sont bien organisés, les infirmiers sont prêts, les médecins hospitaliers ont été formés et les médecins généralistes se sont également préparés. Tout est là pour gérer la crise de la meilleure façon possible, et pour l'instant, cela fonctionne. Nous pouvons en être fiers.Une crise comme celle-ci accroît les inégalités dans la société. Vous êtes inquiète pour les personnes vivant dans la pauvreté ?Oui. Pour les personnes qui vivent dans un appartement confortable ou une maison avec un jardin, le confinement est un peu ennuyeux, mais elles survivront. Les personnes qui vivent dans une très petite maison avec des enfants et sans internet traversent une période très difficile. Elles sont en souffrance.Comment les politiciens peuvent-ils les aider ?C'est délicat, les décideurs politiques ont du mal à atteindre ces personnes rapidement. Les CPAS doivent faire tout leur possible, et la société civile joue également un rôle très important aujourd'hui. Avec des initiatives telles que les banques alimentaires, les épiceries sociales qui font maintenant du porte-à-porte pour la distribution de nourriture et les nombreux petits projets qu'elles mettent en place, elles voient beaucoup de gens qui luttent. Ce qui s'y passe est réconfortant. À l'université d'Anvers, nous avons lancé un appel pour trouver des volontaires et, en un rien de temps, 150 étudiants se sont présentés pour aider à la distribution de nourriture.Est-ce cette même société civile que la politique a forcé à tant d'économies ces dernières années ?Oui, il y a eu une lutte idéologique contre la société civile, tout comme il y a eu une critique constante de notre sécurité sociale. Cette crise nous redonne notre boussole morale, car nous l'avons perdue. Il s'agit encore une fois de solidarité et de responsabilité : chacun doit assumer la responsabilité du bien commun, et nous devons être solidaires les uns des autres. Les politiciens ont été particulièrement occupés par les questions d'identité ces dernières années. Mais à quoi sert l'identité dans ces circonstances ? À rien du tout. Nous marchions derrière les mauvais drapeaux, et la société était à la dérive.Avant la crise du coronavirus, vous écriviez que la sécurité sociale a perdu la lutte contre la pauvreté. Où cela a-t-il mal tourné ?Ces dernières décennies, la sécurité sociale n'a fait que grandir. En 1970, elle représentait 15 % du produit intérieur brut ; aujourd'hui, elle en représente presque 30 %. Mais il y a plus de gens pauvres. Surtout parmi la population en âge de travailler, les familles avec enfants et les chômeurs. La sécurité sociale ne parvient pas à protéger suffisamment ces personnes.Pour quelle raison?Il y a de nombreuses raisons à cela. Le discours qui consiste à inciter les chômeurs à travailler en leur faisant mal joue un rôle important à cet égard. Leurs allocations ont été constamment réduites, ce qui signifie que nous les voyons de plus en plus souvent frapper à la porte du CPAS ou même des banques alimentaires. Alors qu'il n'y a tout simplement pas assez de travail pour de nombreuses personnes peu qualifiées - car c'est ce qu'elles sont généralement. Il faudra donc penser à d'autres créneaux comme l'économie sociale, où l'on coud actuellement et massivement des masques. Il s'agit aujourd'hui d'un secteur marginal de notre économie, mais il devra être étendu à toutes les personnes qui ne sont plus employées dans notre économie de la connaissance.Cela reste remarquable : une moitié de la population semble trouver notre sécurité sociale trop laxiste, tandis que l'autre moitié la trouve trop dure.Nous vivons tous dans notre bulle. Je suis sûre que beaucoup de gens n'ont aucune idée de la façon dont d'autres vivent cette quarantaine. Nous ne nous connaissons pas. Le chômage est un autre problème, car ce sont principalement les personnes ayant un faible niveau d'éducation qui ont des difficultés à trouver du travail et ont donc besoin d'allocations. Nous avons un groupe qui paie pour le système, et un autre qui l'utilise. Cela crée une dichotomie.La sécurité sociale n'a vraiment pris son envol qu'après le désastre de la Seconde Guerre mondiale. La crise du coronavirus est-elle un autre tournant, selon vous ?Je ne sais pas, mais je l'espère du fond du coeur. Cette crise est déjà de grande ampleur, et pour l'instant le virus n'a frappé que le côté le plus fort du monde. Et si après il fait des ravages en Afrique? Après ça, on ne pourra vraiment pas revenir à la normale.