"Certains veulent jouer sur les peurs en parlant d'emplois menacés. Je m'inscris complètement en faux par rapport à ces déclarations", a commenté M. Jeholet depuis la capitale argentine Buenos Aires, où il participe actuellement à une mission économique princière. La réforme des APE, qui suscite de vives inquiétudes dans le secteur non-marchand notamment, vise à ce que la Wallonie passe d'un système de points APE à un soutien structurel plus contrôlé, organisé autour d'une enveloppe fermée que les ministres fonctionnels répartiront en fonction de critères "transparents" qu'ils définiront. Elle doit entrer en vigueur le 1er janvier 2019, avec une période transitoire prévue jusqu'au 31 décembre 2020 au plus tard. "L'objectif de cette réforme est vraiment de tendre vers plus de simplification, d'efficacité, de transparence et d'équité tout en garantissant une maitrise budgétaire", a souligné M. Jeholet lundi, tout en ajoutant que la concertation entamée avec le secteur se poursuivrait. Le ministre wallon a d'ailleurs rappelé que cette dernière avait déjà conduit à la mise en place d'un buffer - en d'autres termes un matelas de sécurité - de 30 millions d'euros durant la période transitoire "afin de répondre à l'éventualité de situations particulières". "J'ai initié cette réforme indispensable et je vais la poursuivre", a-t-il conclu. (Belga)

"Certains veulent jouer sur les peurs en parlant d'emplois menacés. Je m'inscris complètement en faux par rapport à ces déclarations", a commenté M. Jeholet depuis la capitale argentine Buenos Aires, où il participe actuellement à une mission économique princière. La réforme des APE, qui suscite de vives inquiétudes dans le secteur non-marchand notamment, vise à ce que la Wallonie passe d'un système de points APE à un soutien structurel plus contrôlé, organisé autour d'une enveloppe fermée que les ministres fonctionnels répartiront en fonction de critères "transparents" qu'ils définiront. Elle doit entrer en vigueur le 1er janvier 2019, avec une période transitoire prévue jusqu'au 31 décembre 2020 au plus tard. "L'objectif de cette réforme est vraiment de tendre vers plus de simplification, d'efficacité, de transparence et d'équité tout en garantissant une maitrise budgétaire", a souligné M. Jeholet lundi, tout en ajoutant que la concertation entamée avec le secteur se poursuivrait. Le ministre wallon a d'ailleurs rappelé que cette dernière avait déjà conduit à la mise en place d'un buffer - en d'autres termes un matelas de sécurité - de 30 millions d'euros durant la période transitoire "afin de répondre à l'éventualité de situations particulières". "J'ai initié cette réforme indispensable et je vais la poursuivre", a-t-il conclu. (Belga)