"Nous allons évacuer le plus de gens possible, (mais) il y aura des personnes qui resteront sur place pour des raisons qui ne dépendent pas de nous, mais bien de la situation qu'il y a là-bas", a admis la ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles, sur la radio Cadena Ser. Ces déclarations surviennent alors que les talibans, qui contrôlent le pays, ont réaffirmé que toutes les troupes étrangères devraient avoir quitté Kaboul le 31 août, ce qui laisse environ une semaine aux pays occidentaux pour mener à bien l'évacuation de leurs ressortissants encore sur place et des milliers d'Afghans qui ont collaboré avec eux. "C'est une situation très frustrante pour tout le monde, parce que, même pour ceux qui parviennent à atteindre Kaboul, l'accès à l'aéroport est extrêmement compliqué", a poursuivi Mme Robles, qui a souligné qu'il restait encore "beaucoup de gens" à sortir du pays. "Les talibans deviennent plus agressifs, il y a des tirs, il y a une situation de violence plus évidente, les contrôles sont chaque fois plus durs (...) la situation est vraiment dramatique et ça devient chaque jour de pire en pire, parce que les gens sont conscients que les délais se réduisent", a-t-elle ajouté. Mais, a-t-elle assuré, "nous allons essayer jusqu'au bout" de procéder à ces évacuations. Comme de nombreux pays, l'Espagne a mis en place un pont aérien pour sortir des milliers de personnes d'Afghanistan, où les talibans se sont emparés du pouvoir il y a un peu plus d'une semaine. L'Espagne utilise des avions militaires pour transférer ces personnes de Kaboul à Dubaï, où des appareils commerciaux affrétés par Madrid les ramènent en Espagne. Au total, 710 personnes ont déjà atterri en Espagne. Mardi, 420 autres personnes doivent arriver, 290 qui sont déjà à Dubaï et 130 autres qui doivent être évacuées de Kaboul par un avion militaire dans les prochaines heures, a indiqué la ministre. Madrid a, par ailleurs, conclu un accord avec les Etats-Unis aux termes duquel l'Espagne pourra accueillir jusqu'à 4.000 Afghans -- évacués par les Américains -- pour une période de 15 jours sur les bases militaires de Rota et Moron, en Andalousie (sud de l'Espagne), qui sont utilisées par les deux pays. Les Etats-unis ont réaffirmé lundi leur objectif d'achever l'évacuation de leurs ressortissants d'Afghanistan avant le 31 août, comme le stipule un accord avec les talibans, malgré les demandes de leurs alliés de prolonger les opérations d'exfiltration à l'aéroport de Kaboul. Le sujet devrait dominer mardi après-midi un G7 virtuel convoqué en urgence par Londres, qui préside actuellement ce groupement. (Belga)

"Nous allons évacuer le plus de gens possible, (mais) il y aura des personnes qui resteront sur place pour des raisons qui ne dépendent pas de nous, mais bien de la situation qu'il y a là-bas", a admis la ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles, sur la radio Cadena Ser. Ces déclarations surviennent alors que les talibans, qui contrôlent le pays, ont réaffirmé que toutes les troupes étrangères devraient avoir quitté Kaboul le 31 août, ce qui laisse environ une semaine aux pays occidentaux pour mener à bien l'évacuation de leurs ressortissants encore sur place et des milliers d'Afghans qui ont collaboré avec eux. "C'est une situation très frustrante pour tout le monde, parce que, même pour ceux qui parviennent à atteindre Kaboul, l'accès à l'aéroport est extrêmement compliqué", a poursuivi Mme Robles, qui a souligné qu'il restait encore "beaucoup de gens" à sortir du pays. "Les talibans deviennent plus agressifs, il y a des tirs, il y a une situation de violence plus évidente, les contrôles sont chaque fois plus durs (...) la situation est vraiment dramatique et ça devient chaque jour de pire en pire, parce que les gens sont conscients que les délais se réduisent", a-t-elle ajouté. Mais, a-t-elle assuré, "nous allons essayer jusqu'au bout" de procéder à ces évacuations. Comme de nombreux pays, l'Espagne a mis en place un pont aérien pour sortir des milliers de personnes d'Afghanistan, où les talibans se sont emparés du pouvoir il y a un peu plus d'une semaine. L'Espagne utilise des avions militaires pour transférer ces personnes de Kaboul à Dubaï, où des appareils commerciaux affrétés par Madrid les ramènent en Espagne. Au total, 710 personnes ont déjà atterri en Espagne. Mardi, 420 autres personnes doivent arriver, 290 qui sont déjà à Dubaï et 130 autres qui doivent être évacuées de Kaboul par un avion militaire dans les prochaines heures, a indiqué la ministre. Madrid a, par ailleurs, conclu un accord avec les Etats-Unis aux termes duquel l'Espagne pourra accueillir jusqu'à 4.000 Afghans -- évacués par les Américains -- pour une période de 15 jours sur les bases militaires de Rota et Moron, en Andalousie (sud de l'Espagne), qui sont utilisées par les deux pays. Les Etats-unis ont réaffirmé lundi leur objectif d'achever l'évacuation de leurs ressortissants d'Afghanistan avant le 31 août, comme le stipule un accord avec les talibans, malgré les demandes de leurs alliés de prolonger les opérations d'exfiltration à l'aéroport de Kaboul. Le sujet devrait dominer mardi après-midi un G7 virtuel convoqué en urgence par Londres, qui préside actuellement ce groupement. (Belga)