La pandémie de Covid-19 déclarée, la ministre Tellier assure avoir eu à gérer "tout un volet concernant la continuité des services essentiels, notamment en matière de déchets ou d'assainissement de l'eau, par exemple. Car si ces services ne fonctionnent pas, on risque d'ajouter une crise sanitaire à celle du Covid".

Mais la crise du Covid "n'a pas arrêté la crise climatique, ni celle de la biodiversité", pointe-elle. Signalant que "des budgets conséquents" pour gérer cette crise sanitaire ont été dégagés, sans pour autant que ces autres enjeux, "qui sont aussi des risques majeurs pour notre société", soient oubliés. "D'autant plus que, comme le mettent en évidence les experts, il y a un lien entre la perte de biodiversité et ces épidémies. Les ambitions sur ces sujets demeurent, elles ne vont pas être réduites et vont même être renforcées".

"Même si, pour 2020, certains budgets seront modifiés car, avec cette crise, une série de chantiers sont à l'arrêt. On sait bien sûr qu'il y aura une certaine prudence à avoir sur l'ensemble des budgets wallons, mais les choix qui seront faits ne le seront pas au détriment de la biodiversité", assure la ministre.

"C'est d'autant plus important que cette crise du Covid rappelle combien la santé est une valeur importante. Et dans cette santé, il y a la prévention des risques et la préservation d'un environnement de qualité. Car même si ce n'est pas la même chose qu'un virus qui s'attrape en quelques jours, les pesticides ou les perturbateurs endocriniens représentent un risque considérable pour la santé".

La pandémie de Covid-19 déclarée, la ministre Tellier assure avoir eu à gérer "tout un volet concernant la continuité des services essentiels, notamment en matière de déchets ou d'assainissement de l'eau, par exemple. Car si ces services ne fonctionnent pas, on risque d'ajouter une crise sanitaire à celle du Covid". Mais la crise du Covid "n'a pas arrêté la crise climatique, ni celle de la biodiversité", pointe-elle. Signalant que "des budgets conséquents" pour gérer cette crise sanitaire ont été dégagés, sans pour autant que ces autres enjeux, "qui sont aussi des risques majeurs pour notre société", soient oubliés. "D'autant plus que, comme le mettent en évidence les experts, il y a un lien entre la perte de biodiversité et ces épidémies. Les ambitions sur ces sujets demeurent, elles ne vont pas être réduites et vont même être renforcées". "Même si, pour 2020, certains budgets seront modifiés car, avec cette crise, une série de chantiers sont à l'arrêt. On sait bien sûr qu'il y aura une certaine prudence à avoir sur l'ensemble des budgets wallons, mais les choix qui seront faits ne le seront pas au détriment de la biodiversité", assure la ministre. "C'est d'autant plus important que cette crise du Covid rappelle combien la santé est une valeur importante. Et dans cette santé, il y a la prévention des risques et la préservation d'un environnement de qualité. Car même si ce n'est pas la même chose qu'un virus qui s'attrape en quelques jours, les pesticides ou les perturbateurs endocriniens représentent un risque considérable pour la santé".