Carles Puigdemont s'est rendu jeudi à la police fédérale belge et a été privé de sa liberté, a indiqué le parquet de Bruxelles, vendredi après-midi. Le parquet a ensuite désigné un juge d'instruction pour mettre à exécution le mandat d'arrêt européen qui a été délivré à l'encontre de l'ancien ministre-président de la Catalogne. Ce dernier a été entendu jeudi après-midi par le juge d'instruction et il a affirmé ne pas consentir à sa remise aux autorités espagnoles. Le juge a ensuite décidé de le remettre en liberté provisoire sous conditions. Il lui est notamment interdit de quitter la Belgique et il doit rester joignable en toute circonstance. La chambre du conseil de Bruxelles statuera sur le mandat d'arrêt européen le 29 octobre prochain. Lundi, la Cour suprême espagnole a condamné neuf dirigeants catalans à des peines comprises entre neuf et 13 ans de prison pour sédition et, concernant certains, malversation. Elle a également émis un nouveau mandat d'arrêt européen contre l'ancien président régional catalan Carles Puigdemont pour la tentative de sécession de 2017. (Belga)