Carles Puigdemont s'était rendu à la police fédérale de Bruxelles le 17 octobre dernier et s'était vu signifier le mandat d'arrêt européen délivré à son encontre. Il avait ensuite été privé de sa liberté. L'ancien ministre-président catalan avait ensuite été entendu par un juge d'instruction, lequel l'a libéré sous conditions, avec notamment l'interdiction de quitter la Belgique et l'obligation de rester joignable en toute circonstance. (Belga)