"Avec une tragédie comme celle-ci, il y a beaucoup d'informations qui s'échangent rapidement et donc initialement, nous avions confirmé qu'il y avait cinq morts, mais nous ne parlons désormais que de quatre décès", a déclaré en conférence de presse Maureen Levy, commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) en Saskatchewan. Mme Levy a par ailleurs évoqué "un certain nombre" de blessés, sans plus de précision. Plus tôt vendredi, le Premier ministre Justin Trudeau, en déplacement à Davos (Suisse), avait fait état de cinq morts et de deux blessés graves morts dans la fusillade qui a ensanglanté la bourgade de La Loche, au nord de la province canadienne. Il s'agit de la pire fusillade dans un établissement scolaire au Canada en 26 ans et la tuerie de l'Ecole Polytechnique de Montréal le 6 décembre 1989, qui avait fait 14 morts. (Belga)

"Avec une tragédie comme celle-ci, il y a beaucoup d'informations qui s'échangent rapidement et donc initialement, nous avions confirmé qu'il y avait cinq morts, mais nous ne parlons désormais que de quatre décès", a déclaré en conférence de presse Maureen Levy, commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale) en Saskatchewan. Mme Levy a par ailleurs évoqué "un certain nombre" de blessés, sans plus de précision. Plus tôt vendredi, le Premier ministre Justin Trudeau, en déplacement à Davos (Suisse), avait fait état de cinq morts et de deux blessés graves morts dans la fusillade qui a ensanglanté la bourgade de La Loche, au nord de la province canadienne. Il s'agit de la pire fusillade dans un établissement scolaire au Canada en 26 ans et la tuerie de l'Ecole Polytechnique de Montréal le 6 décembre 1989, qui avait fait 14 morts. (Belga)