Au cours de la nuit de mardi à mercredi, vers 1h30, un camion-citerne ADR, classification pour le transport de produits dangereux, immatriculé en Italie s'est couché sur l'autoroute E19 Mons-Valenciennes, en direction de Paris, à hauteur de Nimy. Une partie du contenu de la citerne du camion d'une capacité de 20.000 à 24.000 litres, a coulé sur la route. Le produit, dont la texture peut être assimilée à de la résine en solution, semblable à de la colle, était potentiellement toxique et hautement inflammable.

Immédiatement alertés, les services d'urgences sont arrivés sur les lieux dans les minutes qui ont suivi l'accident. Les pompiers ont alors recouvert le produit échappé avec de la mousse, ce qui a eu pour effet de stopper l'évaporation et la propagation du produit. Le collecteur d'égout a été fermé. La ville de Mons a souligné la collaboration entre le service des pompiers, le service "Belintra", constitué d'un ingénieur en chimie et d'une douzaine de pompiers spécialisés aux risques chimiques de la zone Val de Sambre, et la Protection civile.

Le bourgmestre de Mons, Nicolas Martin, a décidé de déclencher formellement le plan communal d'urgence mercredi peu avant 8h00 du matin, en concertation avec le gouverneur de la Province de Hainaut, Tommy Leclercq. Les premières mesures de toxicité ont montré que les valeurs étaient sous le seuil de dangerosité. Les riverains et autres personnes qui se trouvaient dans la zone ont toutefois pu ressentir une irritation dans la gorge et sentir une odeur particulière. Bien que perceptible, ce désagrément n'était aucunement dangereux pour la santé de ces personnes.

Un SMS a été envoyé via le service BE Alert aux quelque 5.000 personnes se trouvant dans la zone directement à proximité de l'accident. Toutes les personnes présentes dans la zone ciblée à ce moment ont ainsi reçu le message, en ce compris les personnes non-inscrites sur le site web de BE Alert. Le message conseillait de fermer les portes et les fenêtres des habitations. Il s'agissait d'une mesure de prévention, essentiellement pour éviter les désagréments olfactifs. Les sorties n'étaient d'ailleurs pas interdites.

Des déviations ont été mises en place, l'autoroute E19 étant fermée dans les deux sens de circulation, vers Paris et vers Bruxelles. Le contenu de la citerne accidentée a dû être transféré dans un autre camion-citerne. L'opération de pompage s'est effectuée avec du matériel très spécifique, adaptée à ce type de produit, en provenance des pompiers spécialisés de la zone Val de Sambre, basé à Solvay. Un camion-grue a ensuite pu procéder au redressement du camion renversé. Le nettoyage des eaux et les boues souillées, accumulées sur l'autoroute à l'endroit de l'accident a pris de nombreuses heures et s'est prolongé durant une partie de la nuit. Un état des lieux précis a été établi par les équipes du SPW (Service Public Wallonie), pour notamment évaluer les dégâts sur le revêtement routier fraîchement remis à neuf. Un micro-rabotage a été réalisé sur la portion allant vers Bruxelles. Le nouveau revêtement en béton, dans l'autre sens, n'a, quant à lui, pas été impacté par l'accident. Les équipes de secours étaient toujours sur place jeudi en début d'après-midi pour procéder au nettoyage des collecteurs d'égout. La ville de Mons a par ailleurs précisé qu'il "se peut que de la mousse ayant servi à recouvrir la nappe de produit ait été emportée par le vent mais il n'y aucun danger car il ne s'agit en aucun cas du produit provenant de la citerne accidentée. Cette mousse finira par disparaître avec le temps. Cette dernière précision concerne notamment les riverains de la rue Baudelet."

Déclenché mercredi peu avant 8h00 du matin, le Plan communal d'Urgence a été levé jeudi vers 4h00, peu après la réouverture de l'autoroute. Un certain nombre de camions, dont les chauffeurs avaient atteint mercredi soir leur temps de conduite, ont passé la nuit sur la bande d'arrêt d'urgence, ce qui a posé quelques problèmes de mobilité sur l'E19 vers Bruxelles jeudi matin, les camions concernés empiétant sur la première bande de circulation. La police fédérale est intervenue pour faire évacuer les camions en stationnement.