"Le MRC appelle les Camerounais à ne pas aller voter et à rester chez eux le 9 février 2020 afin de ne pas cautionner les élections qui ne ramèneront pas la paix dans notre pays", a déclaré M. Kamto, rival malheureux du président Paul Biya à la présidentielle de 2018, libéré début octobre après avoir passé plus de huit mois derrière les barreaux. En outre, l'opposant a appelé "tous les partis politiques de l'opposition, l'ensemble de la société civile, les organisations et autres forces religieuses" à boycotter ce double scrutin. La présidence camerounaise avait annoncé le 10 novembre que les élections législatives et municipales, reportées à deux reprises depuis 2018, se tiendraient finalement le dimanche 9 février 2020. Une partie de l'opposition avait dénoncé l'organisation de ces élections, s'inquiétant de leur crédibilité, au moment où le pays est confronté à de multiples crises. "Organiser des élections au Cameroun aujourd'hui, qui plus est des élections locales, sans avoir rétabli la paix dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest...c'est donné le message que (les) populations (de ces régions) ne sont pas des Camerounais et, ce faisant, consacrer la partition de fait du pays", a déclaré M. Kamto. (Belga)