"Un obus de mortier a atteint une maison dans le secteur de Nakyal le long de la Ligne de Contrôle, tuant une mère, sa fille et son fils tandis que trois autres personnes ont été blessées", a déclaré Sjariq Tariq, un responsable local de l'organisme public chargé de la gestion des situations, Shariq Tariq. Une autre femme a été tuée et sept personnes blessées dans des tirs dans d'autres endroits du secteur de Nakyal. Un responsable de la police, Irfan Saleem, a confirmé les faits. New Delhi et Islamabad s'accusent régulièrement mutuellement de procéder à des tirs dans cette zone fortement militarisée, appelée Ligne de Contrôle, qui marque la frontière de facto entre les parties indienne et pakistanaise du Cachemire. Mardi, l'Inde a annoncé avoir procédé à une "frappe préventive" contre un groupe islamiste basé au Pakistan qui a revendiqué un attentat suicide au Cachemire indien dans lequel au moins 40 paramilitaires indiens ont été tués le 14 février. Islamabad, dénonçant une "agression intempestive", a démenti qu'un "camp terroriste" ait été visé près de Balakot, dans le nord-est du Pakistan, non loin du Cachemire, et promis de répliquer "à l'heure et à l'endroit de son choix". L'attentat du 14 février avait provoqué un fort regain de tension entre le Pakistan et l'Inde, qui accuse Islamabad de soutenir les groupes d'insurgés actifs au Cachemire indien. Les échanges de tirs dans la zone de la Ligne de Contrôle ont fait des dizaines de morts parmi les civils et les militaires des deux côtés au cours des dernières années. (Belga)

"Un obus de mortier a atteint une maison dans le secteur de Nakyal le long de la Ligne de Contrôle, tuant une mère, sa fille et son fils tandis que trois autres personnes ont été blessées", a déclaré Sjariq Tariq, un responsable local de l'organisme public chargé de la gestion des situations, Shariq Tariq. Une autre femme a été tuée et sept personnes blessées dans des tirs dans d'autres endroits du secteur de Nakyal. Un responsable de la police, Irfan Saleem, a confirmé les faits. New Delhi et Islamabad s'accusent régulièrement mutuellement de procéder à des tirs dans cette zone fortement militarisée, appelée Ligne de Contrôle, qui marque la frontière de facto entre les parties indienne et pakistanaise du Cachemire. Mardi, l'Inde a annoncé avoir procédé à une "frappe préventive" contre un groupe islamiste basé au Pakistan qui a revendiqué un attentat suicide au Cachemire indien dans lequel au moins 40 paramilitaires indiens ont été tués le 14 février. Islamabad, dénonçant une "agression intempestive", a démenti qu'un "camp terroriste" ait été visé près de Balakot, dans le nord-est du Pakistan, non loin du Cachemire, et promis de répliquer "à l'heure et à l'endroit de son choix". L'attentat du 14 février avait provoqué un fort regain de tension entre le Pakistan et l'Inde, qui accuse Islamabad de soutenir les groupes d'insurgés actifs au Cachemire indien. Les échanges de tirs dans la zone de la Ligne de Contrôle ont fait des dizaines de morts parmi les civils et les militaires des deux côtés au cours des dernières années. (Belga)