"Une patrouille militaire est tombée dans une embuscade dans la localité de Diomsogui, dans le département de Kelbo. Un militaire a été tué et deux autres blessés au cours de cette attaque", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire. "Lors de la riposte cinq assaillants ont été abattus. Le reste (des éléments) du groupe armé a été mis en déroute", a poursuivi cette source. "Un important lot de matériel dont des armes a été récupéré par les forces de défense et de sécurité", a souligné une autre source sécuritaire, proche de l'état-major général des armées. Le Burkina Faso, pays pauvre d'Afrique de l'Ouest est pris depuis quatre ans et demi dans une spirale de violences, attribuées à des groupes armés, certains affiliés à Al-Qaida et d'autres au groupe Etat islamique. Depuis début 2015, les attaques jihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières, en particulier dans le Nord et l'Est, ont fait plus de 550 morts, selon un décompte de l'AFP. L'armée burkinabè, qui subit de lourdes pertes -- l'attaque la plus meurtrière a fait 24 morts en août-- semblent incapable d'enrayer les attaques, tandis que la menace, d'abord concentrée dans le nord, touche plusieurs autres régions du pays, dont les régions de l'Est et de l'Ouest. Un sommet exceptionnel des chefs d'Etat sur la sécurité dans la sous-région doit avoir lieu le 14 septembre à Ouagadougou. (Belga)