"La suppression de la redevance TV, le PS l'avait amenée sur la table du gouvernement et le cdH l'a rejetée, prétextant une absence de clarté dans le financement. Il l'approuve aujourd'hui dans un flou total. Sa confiance dans les recettes de la droite est aveugle", lance le chef de groupe PS au parlement wallon, Pierre-Yves Dermagne, dans un communiqué. Les socialistes rappellent que la fixation définitive du facteur d'autonomie (l'une des clés de répartition entre le Fédéral et les Régions de certaines recettes sur l'impôt des personnes physiques, que le Fédéral doit récupérer, NDLR) engendre une perte de recettes récurrente d'une centaine de millions d'euros à partir de 2018. "Malgré tout, le gouvernement annonce une augmentation spectaculaire dans les recettes et ressort la ficelle de la meilleure perception de l'impôt", relève le PS. Le premier parti d'opposition dans l'assemblée régionale, qui avait lui-même mis en 2014 les organismes d'intérêt public et les administrations au régime pour réduire le déficit budgétaire, dénonce les efforts annoncés sur les services publics, notamment la suppression de la suspension du délai de réponse pendant les vacances - une mesure annoncée dimanche par la nouvelle coalition gouvernementale - et les économies dans la fonction publique. "Aucune ambition, aucun souffle, toujours des formules incantatoires mais surtout aucune précision sur la nature des efforts qu'on nous annonce 'considérables'. La cible, ce seront des économies sur le personnel et le fonctionnement de nos services publics. Et à travers eux les plus fragilisés de nos concitoyens", dénonce M. Dermagne. (Belga)

"La suppression de la redevance TV, le PS l'avait amenée sur la table du gouvernement et le cdH l'a rejetée, prétextant une absence de clarté dans le financement. Il l'approuve aujourd'hui dans un flou total. Sa confiance dans les recettes de la droite est aveugle", lance le chef de groupe PS au parlement wallon, Pierre-Yves Dermagne, dans un communiqué. Les socialistes rappellent que la fixation définitive du facteur d'autonomie (l'une des clés de répartition entre le Fédéral et les Régions de certaines recettes sur l'impôt des personnes physiques, que le Fédéral doit récupérer, NDLR) engendre une perte de recettes récurrente d'une centaine de millions d'euros à partir de 2018. "Malgré tout, le gouvernement annonce une augmentation spectaculaire dans les recettes et ressort la ficelle de la meilleure perception de l'impôt", relève le PS. Le premier parti d'opposition dans l'assemblée régionale, qui avait lui-même mis en 2014 les organismes d'intérêt public et les administrations au régime pour réduire le déficit budgétaire, dénonce les efforts annoncés sur les services publics, notamment la suppression de la suspension du délai de réponse pendant les vacances - une mesure annoncée dimanche par la nouvelle coalition gouvernementale - et les économies dans la fonction publique. "Aucune ambition, aucun souffle, toujours des formules incantatoires mais surtout aucune précision sur la nature des efforts qu'on nous annonce 'considérables'. La cible, ce seront des économies sur le personnel et le fonctionnement de nos services publics. Et à travers eux les plus fragilisés de nos concitoyens", dénonce M. Dermagne. (Belga)