Selon les calculs du PS, l'effort à fournir (solde à financer) par le gouvernement pour parvenir à un déficit SEC de 217 millions d'euros tel qu'il se l'est fixé (soit une amélioration de 100 millions par rapport à la trajectoire budgétaire) était de 232 millions d'euros.

Lors du conclave, la coalition MR-cdH a pris des mesures d'économies pour 93,5 millions (réductions sur le fonds des provinces, les unités d'administration publiques-UAP, les aides à l'emploi, etc). Quelque 55 millions d'économies supplémentaires sur les organismes d'intérêt public (Forem, Sowaer, Spaque, CRAC) via des prélèvements sur leurs réserves, telles qu'annoncées par le gouvernement, n'ont quant à elles aucun impact SEC.

A cela s'ajoutent 36 millions de dépenses pour l'avantage fiscal pour les kots, le soutien aux commerces lors de travaux de voirie et l'abattement sur les droits d'enregistrement (28 millions), encore que la comptabilisation de cette mesure dès 2018 ne soit pas claire, expose M. Dermagne. Le PS juge en outre contestables certaines estimations de recettes, comme les 15 millions supplémentaires sur les droits de donation grâce à la baisse des taux.

"On ne dit pas que tout est faux, ni que tout n'est pas financé, mais ce gouvernement qui affirme être transparent doit répondre: où sont ces 175 millions? ", demande M. Dermagne. "La majorité a-t-elle bien tenu compte des normes SEC, les a-t-elle bien comprises", ajoute-t-il, en répétant sa demande d'accéder aux documents budgétaires avant les débats parlementaires de fin d'année.

Selon les calculs du PS, l'effort à fournir (solde à financer) par le gouvernement pour parvenir à un déficit SEC de 217 millions d'euros tel qu'il se l'est fixé (soit une amélioration de 100 millions par rapport à la trajectoire budgétaire) était de 232 millions d'euros. Lors du conclave, la coalition MR-cdH a pris des mesures d'économies pour 93,5 millions (réductions sur le fonds des provinces, les unités d'administration publiques-UAP, les aides à l'emploi, etc). Quelque 55 millions d'économies supplémentaires sur les organismes d'intérêt public (Forem, Sowaer, Spaque, CRAC) via des prélèvements sur leurs réserves, telles qu'annoncées par le gouvernement, n'ont quant à elles aucun impact SEC. A cela s'ajoutent 36 millions de dépenses pour l'avantage fiscal pour les kots, le soutien aux commerces lors de travaux de voirie et l'abattement sur les droits d'enregistrement (28 millions), encore que la comptabilisation de cette mesure dès 2018 ne soit pas claire, expose M. Dermagne. Le PS juge en outre contestables certaines estimations de recettes, comme les 15 millions supplémentaires sur les droits de donation grâce à la baisse des taux. "On ne dit pas que tout est faux, ni que tout n'est pas financé, mais ce gouvernement qui affirme être transparent doit répondre: où sont ces 175 millions? ", demande M. Dermagne. "La majorité a-t-elle bien tenu compte des normes SEC, les a-t-elle bien comprises", ajoute-t-il, en répétant sa demande d'accéder aux documents budgétaires avant les débats parlementaires de fin d'année.