Budget wallon: Lacroix assure qu'il "ne laisse pas de cadavres dans le placard"

Le ministre wallon du Budget Christophe Lacroix (PS) a assuré aux députés - non sans trahir à plusieurs reprises son amertume vis-à-vis du cdH - qu'il ne laissait pas de mauvaises surprises budgétaires à son successeur, lundi lors de la discussion de l'ajustement budgétaire en commission du parlement wallon. Le cdH a garanti qu'il voterait cet ajustement.

Christophe Lacroix. © Belga

Parlant de "chaos politique et gravissime" généré par le renoncement du cdH à gouverner avec le PS, M. Lacroix a affirmé avoir pour sa part "tenu parole et gardé le cap" budgétaire.

L'objectif du budget initial 2017 (300 millions d'euros de déficit, hors dépenses exceptionnelles liées à la sécurité et la lutte contre le radicalisme) n'a pas été modifié lors de l'ajustement de mai dernier, justifié par les investissements stratégiques.

Depuis 2014, "le déficit a été réduit petit à petit en évitant les effets d'annonce, sans plonger les mains dans les poches des citoyens et des entreprises", a réaffirmé M. Lacroix. La situation budgétaire de la Wallonie reste "difficile, mais je ne laisse pas de cadavres dans le placard", a-t-il lancé. Le socialiste, qui a succédé en 2014 à André Antoine (cdH), dit avoir "remis à plat, en trois années de législature, l'entièreté de la comptabilité publique wallonne".

Regrettant de ne plus disposer de la légitimité d'une majorité parlementaire "qui est aujourd'hui morte", le ministre a exhorté les députés à approuver mercredi, en séance plénière, le projet de décret instaurant le mécanisme de temporisation des certificats verts.

Ce mécanisme, en recourant aux surplus de trésorerie de plusieurs organismes wallons, doit permettre "d'éviter que la facture des ménages qui n'ont pas installé de panneaux photovoltaïques augmente de 50 euros".

Malgré le divorce du cdH d'avec le PS, le gouvernement wallon doit continuer de fonctionner en plein exercice jusqu'à l'approbation par le parlement d'une motion de méfiance constructive proposant une nouvelle coalition, ou jusqu'au rejet par le parlement d'une demande de confiance du gouvernement.

Le chef de groupe PS Christophe Collignon a reconnu que, disposant de suffisamment de voix pour bloquer les débats, sa formation s'était posé la question de l'attitude à adopter. Elle a décidé de ne rien bloquer, "dans l'intérêt des Wallons, des institutions et des organismes qui attendent ces décisions pour fonctionner".

Son homologue cdH, Dimitri Fourny, a tenu le même discours. "La sagesse", a-t-il dit, est de voter l'ajustement dans les meilleurs délais. Ce sera fait vendredi lorsque l'ajustement aura fait le tour des diverses commissions du parlement.

Si le ton des échanges est resté modéré, M. Collignon n'en a pas moins lancé une pique à l'adresse d'une éventuelle future coalition MR-cdH. Cette dernière, disposant d'une courte majorité d'un siège en plénière, devrait modifier le règlement du parlement pour éviter que le PS ne bloque les travaux en commission. "Modifier le règlement du parlement pour s'assurer une majorité, belle première mesure de gouvernance", a ironisé le socialiste.

Jean-Luc Crucke (MR) n'a pas relevé. Il a longuement interrogé le ministre sur de multiples aspects techniques de l'ajustement. Il a aussi remercié Christophe Lacroix pour les débats qu'il a eus avec lui. "Même si nous n'étions pas toujours sur la même longueur d'onde, ces débats ont nourri la démocratie", a affirmé le réformateur.

Stéphane Hazée (Ecolo) s'est inquiété de l'avenir de l'accord gouvernemental visant à refinancer le non-marchand, ainsi que des subventions qu'attendent les organismes et associations.

"Je vous rassure: dans un souci de continuité et de bonne gestion, les subventions seront délivrées si les dossiers sont en ordre", a répondu le ministre du Budget. Il n'a en revanche pas pu s'engager sur les moyens pour le non-marchand, car "si le conjoint survivant (le PS, NDLR) fait ce qu'il peut pour tenir la boutique, je ne peux plus m'engager au nom du gouvernement sur une série d'accords".

Lees meer...