A partir de là, il incombe au Premier ministre de trouver un compromis entre les partenaires gouvernementaux. Une question essentielle doit être résolue: quelle part du matelas de sécurité de 739 millions d'euros, constitué dans le cadre du budget initial, sera utilisée ? Le comité de monitoring a évalué l'effort à réaliser à 313 millions d'euros mais plusieurs partenaires du gouvernement souhaitent conserver une partie de la provision de sécurité. L'adoption de certaines mesures ou politiques nouvelles pourrait également porter l'effort financier à réaliser à la hausse afin de respecter les engagements budgétaires de la Belgique. "L'effort à fournir n'est pas aussi grand que dans le passé mais cela reste un exerice budgétaire classique", commentait-on dans un cabinet. L'échéance des travaux n'est pas fixée. "Il n'y a pas d'ultimatum mais notre volonté est de, très calmement, mettre le budget en ordre", soulignait vendredi M. Michel à l'issue du conseil des ministres.

A partir de là, il incombe au Premier ministre de trouver un compromis entre les partenaires gouvernementaux. Une question essentielle doit être résolue: quelle part du matelas de sécurité de 739 millions d'euros, constitué dans le cadre du budget initial, sera utilisée ? Le comité de monitoring a évalué l'effort à réaliser à 313 millions d'euros mais plusieurs partenaires du gouvernement souhaitent conserver une partie de la provision de sécurité. L'adoption de certaines mesures ou politiques nouvelles pourrait également porter l'effort financier à réaliser à la hausse afin de respecter les engagements budgétaires de la Belgique. "L'effort à fournir n'est pas aussi grand que dans le passé mais cela reste un exerice budgétaire classique", commentait-on dans un cabinet. L'échéance des travaux n'est pas fixée. "Il n'y a pas d'ultimatum mais notre volonté est de, très calmement, mettre le budget en ordre", soulignait vendredi M. Michel à l'issue du conseil des ministres.