Les négociations budgétaires fédérales sont toujours en cours et devraient encore durer au moins une partie de la nuit. Les partenaires de la Vivaldi se sont toutefois déjà accordés sur des mesures en matière de facture énergétique. Face à une flambée des prix de l'électricité et du gaz, qui menace de faire grimper les factures des ménages belges de plusieurs centaines d'euros, il a notamment été convenu de prolonger le tarif social élargi. Au début de cette année, le gouvernement avait décidé d'élargir cette mesure dont bénéficie aujourd'hui un million de ménages, soit environ deux millions de personnes. L'élargissement, mis en place dans le cadre des mesures covid, expirait à la fin de l'année. Il se poursuivra finalement l'an prochain pour une période qui n'est pas encore décidée. En outre, les personnes qui sont dans les situations les plus précaires bénéficieront d'une réduction de 80 à 100 euros. Et les prélèvements fédéraux qui font partie de la facture énergétique seront convertis en accises à partir du 1er janvier. "Les projections montrent une explosion de la facture énergétique de plus de 1000 euros qui concerne tous les ménages. Mais le gouvernement fédéral abandonne les classes moyennes en les excluant de toute compensation. Elles sont loin les promesses...", a lancé sur Twitter la cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck. Pour le député N-VA Bert Wollants (N-VA), le gouvernement ouvre le portefeuille pour les 20% qui bénéficient du tarif social mais laisse tomber les 80% restants. "La classe moyenne peut bien cracher des revenus TVA supplémentaires, payer les coûts supplémentaires liés au tarif social et payer les impôts qui vont combler les trous dans le budget. Mais elle doit payer toute seule les prix élevés. On voit clairement qui peut payer avec ce gouvernement: tous ceux qui travaillent et entreprennent et que l'on retrouve surtout en Flandre", fulmine l'indépendantiste flamand. Du côté du PTB, on plaide depuis des lustres pour une baisse à 6% de la TVA sur l'énergie, ce qui, selon les calculs du parti d'extrême-gauche, permettrait une baisse immédiate de la facture à hauteur de 347 euros annuels en moyenne. "Ce sont toutes les familles et les travailleurs qui souffrent aujourd'hui de l'explosion des factures. 714 euros d'augmentation en moyenne. Que pensent résoudre les ministres de la Vivaldi avec une réduction de 80 euros à peine et uniquement pour une partie de la population?" a déploré le chef de groupe communiste, Raoul Hedebouw. (Belga)

Les négociations budgétaires fédérales sont toujours en cours et devraient encore durer au moins une partie de la nuit. Les partenaires de la Vivaldi se sont toutefois déjà accordés sur des mesures en matière de facture énergétique. Face à une flambée des prix de l'électricité et du gaz, qui menace de faire grimper les factures des ménages belges de plusieurs centaines d'euros, il a notamment été convenu de prolonger le tarif social élargi. Au début de cette année, le gouvernement avait décidé d'élargir cette mesure dont bénéficie aujourd'hui un million de ménages, soit environ deux millions de personnes. L'élargissement, mis en place dans le cadre des mesures covid, expirait à la fin de l'année. Il se poursuivra finalement l'an prochain pour une période qui n'est pas encore décidée. En outre, les personnes qui sont dans les situations les plus précaires bénéficieront d'une réduction de 80 à 100 euros. Et les prélèvements fédéraux qui font partie de la facture énergétique seront convertis en accises à partir du 1er janvier. "Les projections montrent une explosion de la facture énergétique de plus de 1000 euros qui concerne tous les ménages. Mais le gouvernement fédéral abandonne les classes moyennes en les excluant de toute compensation. Elles sont loin les promesses...", a lancé sur Twitter la cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck. Pour le député N-VA Bert Wollants (N-VA), le gouvernement ouvre le portefeuille pour les 20% qui bénéficient du tarif social mais laisse tomber les 80% restants. "La classe moyenne peut bien cracher des revenus TVA supplémentaires, payer les coûts supplémentaires liés au tarif social et payer les impôts qui vont combler les trous dans le budget. Mais elle doit payer toute seule les prix élevés. On voit clairement qui peut payer avec ce gouvernement: tous ceux qui travaillent et entreprennent et que l'on retrouve surtout en Flandre", fulmine l'indépendantiste flamand. Du côté du PTB, on plaide depuis des lustres pour une baisse à 6% de la TVA sur l'énergie, ce qui, selon les calculs du parti d'extrême-gauche, permettrait une baisse immédiate de la facture à hauteur de 347 euros annuels en moyenne. "Ce sont toutes les familles et les travailleurs qui souffrent aujourd'hui de l'explosion des factures. 714 euros d'augmentation en moyenne. Que pensent résoudre les ministres de la Vivaldi avec une réduction de 80 euros à peine et uniquement pour une partie de la population?" a déploré le chef de groupe communiste, Raoul Hedebouw. (Belga)