L'eurodéputé socialiste, qui assure avoir perdu "dix kilos", n'entend pas désarmer en dépit de l'accord trouvé mardi entre le Parlement européen et les Etats membres sur le budget européen 2021-2027. Cet accord inclut 16 milliards d'euros supplémentaires pour des programmes phares comme l'éducation, et prévoit un calendrier pour l'examen de nouvelles sources de revenus pour l'UE: des engagements insuffisants pour M. Larrouturou (56 ans), élu à Bruxelles depuis 2019 et rapporteur du budget 2021 au Parlement. "C'est positif d'avoir obtenu 16 milliards, mais c'est sur sept ans, et si on consacre 30% du budget au climat, où est-ce qu'on coupe pour y parvenir? ", indique-t-il à l'AFP. Seule solution selon lui: établir une taxe sur les transactions financières (TTF) avec l'assiette large définie dans une proposition de la Commission européenne dès 2011, qui rapporterait jusqu'à 57 milliards d'euros par an, de quoi soutenir le climat et le "Pacte vert" européen. La perspective d'une proposition de l'exécutif européen en 2024 sur le sujet n'est pas "très ferme", regrette M. Larrouturou. "On perd encore du temps". Désormais, après la conclusion des négociations entre eurodéputés et Etats, "une bataille a été perdue, mais on n'a pas perdu la guerre", assure Pierre Larrouturou: il espère "un geste" du président français Emmanuel Macron et de la chancelière allemande Angela Merkel, lors d'un sommet en décembre où sera fixée l'ambition climatique de l'UE. "On continue de mettre la pression", insiste l'eurodéputé, qui revendique le soutien d'ONG et de figures comme le moine bouddhiste Matthieu Ricard. (Belga)

L'eurodéputé socialiste, qui assure avoir perdu "dix kilos", n'entend pas désarmer en dépit de l'accord trouvé mardi entre le Parlement européen et les Etats membres sur le budget européen 2021-2027. Cet accord inclut 16 milliards d'euros supplémentaires pour des programmes phares comme l'éducation, et prévoit un calendrier pour l'examen de nouvelles sources de revenus pour l'UE: des engagements insuffisants pour M. Larrouturou (56 ans), élu à Bruxelles depuis 2019 et rapporteur du budget 2021 au Parlement. "C'est positif d'avoir obtenu 16 milliards, mais c'est sur sept ans, et si on consacre 30% du budget au climat, où est-ce qu'on coupe pour y parvenir? ", indique-t-il à l'AFP. Seule solution selon lui: établir une taxe sur les transactions financières (TTF) avec l'assiette large définie dans une proposition de la Commission européenne dès 2011, qui rapporterait jusqu'à 57 milliards d'euros par an, de quoi soutenir le climat et le "Pacte vert" européen. La perspective d'une proposition de l'exécutif européen en 2024 sur le sujet n'est pas "très ferme", regrette M. Larrouturou. "On perd encore du temps". Désormais, après la conclusion des négociations entre eurodéputés et Etats, "une bataille a été perdue, mais on n'a pas perdu la guerre", assure Pierre Larrouturou: il espère "un geste" du président français Emmanuel Macron et de la chancelière allemande Angela Merkel, lors d'un sommet en décembre où sera fixée l'ambition climatique de l'UE. "On continue de mettre la pression", insiste l'eurodéputé, qui revendique le soutien d'ONG et de figures comme le moine bouddhiste Matthieu Ricard. (Belga)