"Mes services et moi-même sommes prêts à assumer pleinement nos responsabilités et à contribuer à une solution", a déclaré la ministre dans une courte réaction. "Mais cela ne peut se faire que si tout le monde collabore et arrête de s'envoyer des reproches. J'ai déjà pris les contacts nécessaires et j'espère trouver une solution à court terme." La situation autour de Bruxelles-Nord est revenue au coeur de l'actualité ce week-end car les chauffeurs de bus de la société de transports en commun flamande De Lijn refusent de nouveau de s'y arrêter. Ces derniers dénoncent un manque d'hygiène et craignent d'attraper des maladies alors que plus tôt cette semaine, Het Laatste Nieuws rapportait des cas de gale, de tuberculose et de malaria au sein d'un groupe de migrants en transit qui y séjourne. L'ONG Médecins du Monde réfute toutefois toute épidémie, affirmant que "le nombre de cas présumés de tuberculose reste stable et celui de gale a même baissé". "Tant que le fédéral n'assumera pas ses responsabilités, on continuera à tourner en rond", avait réagi dimanche matin le bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt (Défi). (Belga)