Les résultats sont particulièrement parlants sur les axes les plus fréquentés de la capitale. À la station Arts-Loi, par exemple, les concentrations de monoxydes d'azote (NO) et de dioxyde d'azote (NO2) mesurées ont respectivement baissé de 82% et 86% par rapport à un dimanche moyen. La chute est encore plus marquée si l'on compare avec un jour de semaine moyen : les concentrations de NO et de NO2 ont alors respectivement fondu de 92% et 91%, constate Bruxelles Environnement. Autre polluant de l'air présentant des risques pour la santé, le black carbon a, lui, baissé de 46% à Arts-Loi par rapport à un dimanche moyen et de 61% par rapport à un jour de semaine moyen. La quasi-absence de voitures dans la capitale a également entraîné une forte diminution des niveaux de nuisances sonores. Les bruits de fond ont ainsi été considérablement réduits (supérieurs à 10 dB(A)) aux stations de mesure situées à proximité d'autoroutes. "En bordure de la E411 à Auderghem et à proximité de la E40 à Woluwe-Saint-Lambert, il est question d'une diminution de la pression acoustique de 90%", note Bruxelles Environnement. La diminution a également été assez marquée (supérieure ou proche de 5 dB(A)) pour les stations de l'avenue Houba de Strooper à Bruxelles et de la rue Guillaume Tell à Saint-Gilles. Soit une baisse du bruit de fond de 68 %. Chaque année, la journée sans voiture met en évidence l'importance de la pollution émise par le trafic routier et les conséquences de l'absence (ou presque) de véhicule motorisé sur la qualité de l'air et l'environnement sonore. Selon le dernier rapport de l'Agence européenne pour l'environnement, la pollution de l'air a causé 8.950 décès prématurés en Belgique en 2018. (Belga)

Les résultats sont particulièrement parlants sur les axes les plus fréquentés de la capitale. À la station Arts-Loi, par exemple, les concentrations de monoxydes d'azote (NO) et de dioxyde d'azote (NO2) mesurées ont respectivement baissé de 82% et 86% par rapport à un dimanche moyen. La chute est encore plus marquée si l'on compare avec un jour de semaine moyen : les concentrations de NO et de NO2 ont alors respectivement fondu de 92% et 91%, constate Bruxelles Environnement. Autre polluant de l'air présentant des risques pour la santé, le black carbon a, lui, baissé de 46% à Arts-Loi par rapport à un dimanche moyen et de 61% par rapport à un jour de semaine moyen. La quasi-absence de voitures dans la capitale a également entraîné une forte diminution des niveaux de nuisances sonores. Les bruits de fond ont ainsi été considérablement réduits (supérieurs à 10 dB(A)) aux stations de mesure situées à proximité d'autoroutes. "En bordure de la E411 à Auderghem et à proximité de la E40 à Woluwe-Saint-Lambert, il est question d'une diminution de la pression acoustique de 90%", note Bruxelles Environnement. La diminution a également été assez marquée (supérieure ou proche de 5 dB(A)) pour les stations de l'avenue Houba de Strooper à Bruxelles et de la rue Guillaume Tell à Saint-Gilles. Soit une baisse du bruit de fond de 68 %. Chaque année, la journée sans voiture met en évidence l'importance de la pollution émise par le trafic routier et les conséquences de l'absence (ou presque) de véhicule motorisé sur la qualité de l'air et l'environnement sonore. Selon le dernier rapport de l'Agence européenne pour l'environnement, la pollution de l'air a causé 8.950 décès prématurés en Belgique en 2018. (Belga)