"Il y a cinq ans, Paris avait constitué le lieu de la première mission bruxelloise après les attentats. Ce n'est pas le fruit du hasard si à nouveau nous nous y rendons après des mois de pandémie. Paris est le premier partenaire de Bruxelles en termes de tourisme de loisirs et d'affaires", a affirmé le ministre-président Rudi Vervoort, mercredi en début de soirée, à son arrivée dans la capitale française. Il s'agit du quinzième chapitre des Brussels days, après des missions similaires à Milan, Madrid, New York, Paris, Berlin, Amsterdam, Londres, Washington, Pékin et Tokyo. Globalement, ces journées bruxelloises visent à positionner la Région-capitale sur la scène internationale en créant des opportunités de networking avec les entreprises et autorités locales, en valorisant son dynamisme économique, son savoir-faire, ses créateurs, ses richesses culturelles, sa gastronomie et son potentiel touristique grand public et d'affaires. C''est donc la deuxième fois que la Ville Lumière a été choisie depuis le lancement des Brussels Days. La France est un marché particulièrement important pour Bruxelles. Sur le seul plan touristique, ce pays représente 11 % des nuitées dans la capitale belge. Les Français forment ainsi le plus grand groupe de touristes à Bruxelles. Durant la crise qui a eu un impact sans précédent sur le tourisme, ils ont continué à représenter une part importante du nombre de visiteurs. Sur le plan économique, la France est le troisième pays d'exportation de Bruxelles, représentant environ 12 % des exportations totales de biens. Chaque année, quelque deux milliards d'euros de marchandises françaises sont importées à Bruxelles. Ces journées sont organisées conjointement par hub.brussels, Brussels International et visit.brussels. Une série de partenaires du secteur touristique, d'entrepreneurs, ainsi que trois ministres régionaux y prendront une part active jusqu'à vendredi: le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, le ministre en charge de l'Image de Bruxelles, Sven Gatz, et le secrétaire d'Etat en charge des Relations européennes et internationales Pascal Smet. Au programme, diverses conférences, réunions politiques, visites de terrain mais aussi des représentations culturelles. Sur le plan politique, les Brussels Days seront également l'occasion de rencontres officielles avec des représentants politiques de la Métropole du Grand Paris et de la Région Île-de-France. Ainsi, dans la foulée d'une rencontre avec la présidente de la Région Ile-de-France, Valérie Pécresse, l'accord de coopération entre les deux Régions sera renouvelé et étendu jeudi matin. La délégation inaugurera par ailleurs jeudi après-midi le pavillon Ecobuild destiné à mettre en avant six grands projets bruxellois en matière de construction circulaire, domaine dans lequel la Région-capitale fait oeuvre de pionnière. Les Français feront également connaissance avec certaines des nombreuses entreprises bruxelloises actives dans l'audiovisuel, notamment à l'occasion d'une conférence consacrée aux solutions numériques pour les entreprises créatives et culturelle. Ce programme dense offrira également plusieurs possibilités de mise en réseau avec des partenaires des secteurs du tourisme et de la culture. La Fondation Kanal -Centre Pompidou proposera diverses représentations sur l'espace public aux alentours du Centre Pompidou. Le dessinateur Philippe Geluck sera l'invité d'honneur d'une soirée de networking organisée à la Monnaie de Paris. Les partenaires français et la délégation feront la connaissance de plusieurs brasseries bruxelloises et de la cuisine gastronomique d'Yves Matagne et du demi-finaliste de l'émission TOP Chef 2020, Mallory Gabsi. (Belga)

"Il y a cinq ans, Paris avait constitué le lieu de la première mission bruxelloise après les attentats. Ce n'est pas le fruit du hasard si à nouveau nous nous y rendons après des mois de pandémie. Paris est le premier partenaire de Bruxelles en termes de tourisme de loisirs et d'affaires", a affirmé le ministre-président Rudi Vervoort, mercredi en début de soirée, à son arrivée dans la capitale française. Il s'agit du quinzième chapitre des Brussels days, après des missions similaires à Milan, Madrid, New York, Paris, Berlin, Amsterdam, Londres, Washington, Pékin et Tokyo. Globalement, ces journées bruxelloises visent à positionner la Région-capitale sur la scène internationale en créant des opportunités de networking avec les entreprises et autorités locales, en valorisant son dynamisme économique, son savoir-faire, ses créateurs, ses richesses culturelles, sa gastronomie et son potentiel touristique grand public et d'affaires. C''est donc la deuxième fois que la Ville Lumière a été choisie depuis le lancement des Brussels Days. La France est un marché particulièrement important pour Bruxelles. Sur le seul plan touristique, ce pays représente 11 % des nuitées dans la capitale belge. Les Français forment ainsi le plus grand groupe de touristes à Bruxelles. Durant la crise qui a eu un impact sans précédent sur le tourisme, ils ont continué à représenter une part importante du nombre de visiteurs. Sur le plan économique, la France est le troisième pays d'exportation de Bruxelles, représentant environ 12 % des exportations totales de biens. Chaque année, quelque deux milliards d'euros de marchandises françaises sont importées à Bruxelles. Ces journées sont organisées conjointement par hub.brussels, Brussels International et visit.brussels. Une série de partenaires du secteur touristique, d'entrepreneurs, ainsi que trois ministres régionaux y prendront une part active jusqu'à vendredi: le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, le ministre en charge de l'Image de Bruxelles, Sven Gatz, et le secrétaire d'Etat en charge des Relations européennes et internationales Pascal Smet. Au programme, diverses conférences, réunions politiques, visites de terrain mais aussi des représentations culturelles. Sur le plan politique, les Brussels Days seront également l'occasion de rencontres officielles avec des représentants politiques de la Métropole du Grand Paris et de la Région Île-de-France. Ainsi, dans la foulée d'une rencontre avec la présidente de la Région Ile-de-France, Valérie Pécresse, l'accord de coopération entre les deux Régions sera renouvelé et étendu jeudi matin. La délégation inaugurera par ailleurs jeudi après-midi le pavillon Ecobuild destiné à mettre en avant six grands projets bruxellois en matière de construction circulaire, domaine dans lequel la Région-capitale fait oeuvre de pionnière. Les Français feront également connaissance avec certaines des nombreuses entreprises bruxelloises actives dans l'audiovisuel, notamment à l'occasion d'une conférence consacrée aux solutions numériques pour les entreprises créatives et culturelle. Ce programme dense offrira également plusieurs possibilités de mise en réseau avec des partenaires des secteurs du tourisme et de la culture. La Fondation Kanal -Centre Pompidou proposera diverses représentations sur l'espace public aux alentours du Centre Pompidou. Le dessinateur Philippe Geluck sera l'invité d'honneur d'une soirée de networking organisée à la Monnaie de Paris. Les partenaires français et la délégation feront la connaissance de plusieurs brasseries bruxelloises et de la cuisine gastronomique d'Yves Matagne et du demi-finaliste de l'émission TOP Chef 2020, Mallory Gabsi. (Belga)