Cette semaine, les négociations UE-UK se poursuivent à Bruxelles. Sans accord imminent sur les échanges commerciaux entre les deux parties, on retombera dès le 1er janvier sur les règles de base de l'OMC (organisation mondiale du commerce) pour encadrer les échanges de marchandises au-delà de la Manche. Soit un rétablissement des contrôles douaniers et taxes. Un potentiel accord devrait encore être ratifié des deux côtés avant la fin décembre, ce qui explique que le temps presse. Il faut donc se préparer à tous les scénarios, y compris celui de l'absence d'accord, a répété le Premier ministre libéral. "Le secteur privé est bien préparé, mais sur le plan politique il y a encore du boulot. Nous allons tout faire pour protéger nos entreprises (...) Ajouter du chaos à la crise du coronavirus n'est vraiment pas nécessaire", a-t-il estimé, espérant qu'un déblocage puisse être constaté dans les "prochains jours". Sans accord, "il y aura des bouchons dans nos ports". Entre-temps, douanes et entreprises se préparent. "Nous continuons d'informer nos entreprises qui commercent avec le Royaume-Uni. Beaucoup ont déjà fait le nécessaire", selon le ministre des Finances Vincent Van Peteghem. Du côté des douanes, 386 nouveaux collaborateurs ont été embauchés pour le volet portuaire. A Zeebruges, les contrôles par scanner seront augmentés dès janvier, à 70 par jour, plutôt qu'environ 7 quotidiennement actuellement. Mais les contrôles administratifs seront aussi plus lourds, ce qui fait craindre la création d'embouteillages. (Belga)

Cette semaine, les négociations UE-UK se poursuivent à Bruxelles. Sans accord imminent sur les échanges commerciaux entre les deux parties, on retombera dès le 1er janvier sur les règles de base de l'OMC (organisation mondiale du commerce) pour encadrer les échanges de marchandises au-delà de la Manche. Soit un rétablissement des contrôles douaniers et taxes. Un potentiel accord devrait encore être ratifié des deux côtés avant la fin décembre, ce qui explique que le temps presse. Il faut donc se préparer à tous les scénarios, y compris celui de l'absence d'accord, a répété le Premier ministre libéral. "Le secteur privé est bien préparé, mais sur le plan politique il y a encore du boulot. Nous allons tout faire pour protéger nos entreprises (...) Ajouter du chaos à la crise du coronavirus n'est vraiment pas nécessaire", a-t-il estimé, espérant qu'un déblocage puisse être constaté dans les "prochains jours". Sans accord, "il y aura des bouchons dans nos ports". Entre-temps, douanes et entreprises se préparent. "Nous continuons d'informer nos entreprises qui commercent avec le Royaume-Uni. Beaucoup ont déjà fait le nécessaire", selon le ministre des Finances Vincent Van Peteghem. Du côté des douanes, 386 nouveaux collaborateurs ont été embauchés pour le volet portuaire. A Zeebruges, les contrôles par scanner seront augmentés dès janvier, à 70 par jour, plutôt qu'environ 7 quotidiennement actuellement. Mais les contrôles administratifs seront aussi plus lourds, ce qui fait craindre la création d'embouteillages. (Belga)