"Ce scénario d'un non-accord, d'un no deal, n'est pas le nôtre. Nous voulons un accord. Nous voulons réussir. Réussir non pas contre les Britanniques, mais avec eux. C'est pourquoi, au nom des 27 et avec toute l'équipe qui m'entoure, je veux dire que notre volonté est de parvenir à un accord sur un retrait ordonné du Royaume-Uni et de préparer le chemin vers un nouveau partenariat", a-t-il poursuivi lors de la plénière du Comité des Régions, qui rassemble des élus régionaux et locaux de l'UE. Pour réussir, la première condition sera l'unité entre les Etats membres de l'Union, mais aussi la transparence envers les citoyens, a-t-il estimé. L'ancien commissaire français a aussi jugé qu'il serait indispensable de lever au plus vite les incertitudes liées au départ du Royaume-Uni. "Si nous repoussons les sujets difficiles à la fin de la négociation: nous courons à l'échec", a-t-il mis en garde. Le négociateur a par ailleurs averti Londres qu'un accord devrait être trouvé sur les sommes dues par le Royaume-Uni, en vertu des engagements qui ont été pris, avant l'entame de négociations sur un accord commercial post-Brexit. "Je vais être clair : quand un pays quitte l'Union européenne il n'y a pas de punition, pas de prix à payer, mais nous devons régler les comptes, ni plus ni moins", a-t-il commenté. (Belga)

"Ce scénario d'un non-accord, d'un no deal, n'est pas le nôtre. Nous voulons un accord. Nous voulons réussir. Réussir non pas contre les Britanniques, mais avec eux. C'est pourquoi, au nom des 27 et avec toute l'équipe qui m'entoure, je veux dire que notre volonté est de parvenir à un accord sur un retrait ordonné du Royaume-Uni et de préparer le chemin vers un nouveau partenariat", a-t-il poursuivi lors de la plénière du Comité des Régions, qui rassemble des élus régionaux et locaux de l'UE. Pour réussir, la première condition sera l'unité entre les Etats membres de l'Union, mais aussi la transparence envers les citoyens, a-t-il estimé. L'ancien commissaire français a aussi jugé qu'il serait indispensable de lever au plus vite les incertitudes liées au départ du Royaume-Uni. "Si nous repoussons les sujets difficiles à la fin de la négociation: nous courons à l'échec", a-t-il mis en garde. Le négociateur a par ailleurs averti Londres qu'un accord devrait être trouvé sur les sommes dues par le Royaume-Uni, en vertu des engagements qui ont été pris, avant l'entame de négociations sur un accord commercial post-Brexit. "Je vais être clair : quand un pays quitte l'Union européenne il n'y a pas de punition, pas de prix à payer, mais nous devons régler les comptes, ni plus ni moins", a-t-il commenté. (Belga)