"Je note des avancées" et les "signaux envoyés par la Première ministre britannique montrent une volonté", a déclaré à l'Elysée le président devant la presse. Il a cependant précisé laisser "l'exclusivité" des réactions au négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit Michel Barnier. "Avant toute avancée, nous souhaitons clarifier les choses sur le règlement des citoyens européens, les termes financiers de la sortie et la question de l'Irlande. Si ces trois points ne sont pas clarifiés, nous ne pourrons pas avancer sur le reste", a rappelé M. Macron. "Sur deux de ces points (...) des ouvertures ont été faites, il appartient à Michel Barnier de s'exprimer sur celles-ci". M. Macron entend par ailleurs présenter ses propositions sur l'avenir de l'Union européenne après le Brexit dans un discours mardi à l'université parisienne de la Sorbonne devant des étudiants français et étrangers, a-t-on appris à l'Elysée. Un peu plus tôt, M. Barnier avait salué "l'esprit constructif" du discours de Mme May à Florence, tout en demandant des détails sur ses "implications concrètes". Mme May a notamment proposé une période de transition "d'environ deux ans" après le Brexit pendant laquelle les relations liant l'UE au Royaume-Uni resteraient en l'état, afin de pouvoir assurer une sortie de l'Union "en douceur et ordonnée". (Belga)

"Je note des avancées" et les "signaux envoyés par la Première ministre britannique montrent une volonté", a déclaré à l'Elysée le président devant la presse. Il a cependant précisé laisser "l'exclusivité" des réactions au négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit Michel Barnier. "Avant toute avancée, nous souhaitons clarifier les choses sur le règlement des citoyens européens, les termes financiers de la sortie et la question de l'Irlande. Si ces trois points ne sont pas clarifiés, nous ne pourrons pas avancer sur le reste", a rappelé M. Macron. "Sur deux de ces points (...) des ouvertures ont été faites, il appartient à Michel Barnier de s'exprimer sur celles-ci". M. Macron entend par ailleurs présenter ses propositions sur l'avenir de l'Union européenne après le Brexit dans un discours mardi à l'université parisienne de la Sorbonne devant des étudiants français et étrangers, a-t-on appris à l'Elysée. Un peu plus tôt, M. Barnier avait salué "l'esprit constructif" du discours de Mme May à Florence, tout en demandant des détails sur ses "implications concrètes". Mme May a notamment proposé une période de transition "d'environ deux ans" après le Brexit pendant laquelle les relations liant l'UE au Royaume-Uni resteraient en l'état, afin de pouvoir assurer une sortie de l'Union "en douceur et ordonnée". (Belga)