Sans accord, le Royaume-Uni deviendrait un "pays tiers" et les citoyens du Royaume-Uni se verraient d'un jour à l'autre confrontés à une modification du régime qui leur est applicable en vertu des différentes réglementations wallonnes, ce qui pourrait soulever de multiples problèmes pour les Britanniques résidant au sud du pays mais aussi pour les entreprises et les citoyens wallons. Face à cette éventualité, la Wallonie va mettre en place un régime temporaire, reposant sur la réciprocité, "en harmonie avec les mesures transitoires convenues tant au niveau européen que par le gouvernement fédéral et les autres entités fédérées", a précisé Willy Borsus. La Région a également prévu le lancement d'un site internet afin de répondre, notamment, aux questions des entreprises. Selon une récente étude de l'Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique (IWEPS), un Brexit dur menacerait un peu plus de 5.000 postes en Wallonie et 21.000 en Flandre. (Belga)

Sans accord, le Royaume-Uni deviendrait un "pays tiers" et les citoyens du Royaume-Uni se verraient d'un jour à l'autre confrontés à une modification du régime qui leur est applicable en vertu des différentes réglementations wallonnes, ce qui pourrait soulever de multiples problèmes pour les Britanniques résidant au sud du pays mais aussi pour les entreprises et les citoyens wallons. Face à cette éventualité, la Wallonie va mettre en place un régime temporaire, reposant sur la réciprocité, "en harmonie avec les mesures transitoires convenues tant au niveau européen que par le gouvernement fédéral et les autres entités fédérées", a précisé Willy Borsus. La Région a également prévu le lancement d'un site internet afin de répondre, notamment, aux questions des entreprises. Selon une récente étude de l'Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique (IWEPS), un Brexit dur menacerait un peu plus de 5.000 postes en Wallonie et 21.000 en Flandre. (Belga)