C'est en raison du Brexit, le référendum à l'issue duquel les Britanniques se sont prononcés en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, que le chef de l'exécutif flamand avance ce projet.

Geert Bourgeois dit craindre que les programmes de recherche scientifique sur la Mer du Nord menés en partenariat avec la Grande-Bretagne et d'autre pays soient menacés par un retrait britannique.

Son Union de la Mer du Nord se tournerait en premier lieu vers les Pays-Bas, la France et la Grande-Bretagne, mais aussi vers des pays comme l'Allemagne et le Danemark, a-t-il spécifié.

"Si ce Brexit se réalise, nous devons l'anticiper; nous pouvons ouvrir la voie du renforcement de nos liens internationaux", a affirmé M. Bourgeois (N-VA). Les 28 États de l'Union européenne sont déjà membres de l'Union pour la Méditerranée, fondée en 2008 et associant quinze autres pays du rivage méditerranéen non membres de l'UE.