Si les Britanniques se rendaient aux urnes jeudi, les conservateurs rafleraient 359 sièges (+42 par rapport au précédent scrutin en 2017) tandis que le Parti travailliste, principale formation d'opposition, subirait un camouflet en tombant à 211 sièges (-51), selon ce sondage, le premier de la campagne électorale à fournir une estimation des résultats en sièges. Les gains des Tories se feraient surtout "aux dépens du Labour dans le Nord et les Midlands", dans le centre de l'Angleterre, a expliqué le directeur de la recherche politique de YouGov, Chris Curtis. Le phénomène est particulièrement marquant dans les circonscriptions travaillistes ayant voté à une forte majorité pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne lors du référendum de 2016, entraînant des "fissures dans leur mur rouge", a-t-il précisé dans un communiqué. Parmi les plus petites formations représentées à la Chambre des communes, les nationalistes écossais du SNP progresseraient de 8 sièges à 43. L'avancée serait bien plus modeste pour les libéraux-démocrates (+1 à 13) alors que les nationalistes gallois de Plaid Cymru (4) et les Verts (1) maintiendraient le statu quo. Quelque 100.000 personnes ont été interrogées au cours des sept derniers jours sur leurs intentions de vote, selon YouGov. La méthode utilisée avait fait parler d'elle en 2017 car elle avait alors permis de correctement prédire un Parlement sans majorité, à contre-courant des autres sondages qui donnaient les conservateurs gagnants. Dans la course aux législatives, Boris Johnson a fait de la mise en oeuvre du Brexit l'axe principal de sa campagne. Il s'est engagé dans son programme à le réaliser sans faute le 31 janvier, date à laquelle il est désormais prévu après trois reports. (Belga)

Si les Britanniques se rendaient aux urnes jeudi, les conservateurs rafleraient 359 sièges (+42 par rapport au précédent scrutin en 2017) tandis que le Parti travailliste, principale formation d'opposition, subirait un camouflet en tombant à 211 sièges (-51), selon ce sondage, le premier de la campagne électorale à fournir une estimation des résultats en sièges. Les gains des Tories se feraient surtout "aux dépens du Labour dans le Nord et les Midlands", dans le centre de l'Angleterre, a expliqué le directeur de la recherche politique de YouGov, Chris Curtis. Le phénomène est particulièrement marquant dans les circonscriptions travaillistes ayant voté à une forte majorité pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne lors du référendum de 2016, entraînant des "fissures dans leur mur rouge", a-t-il précisé dans un communiqué. Parmi les plus petites formations représentées à la Chambre des communes, les nationalistes écossais du SNP progresseraient de 8 sièges à 43. L'avancée serait bien plus modeste pour les libéraux-démocrates (+1 à 13) alors que les nationalistes gallois de Plaid Cymru (4) et les Verts (1) maintiendraient le statu quo. Quelque 100.000 personnes ont été interrogées au cours des sept derniers jours sur leurs intentions de vote, selon YouGov. La méthode utilisée avait fait parler d'elle en 2017 car elle avait alors permis de correctement prédire un Parlement sans majorité, à contre-courant des autres sondages qui donnaient les conservateurs gagnants. Dans la course aux législatives, Boris Johnson a fait de la mise en oeuvre du Brexit l'axe principal de sa campagne. Il s'est engagé dans son programme à le réaliser sans faute le 31 janvier, date à laquelle il est désormais prévu après trois reports. (Belga)